Calme à Villiers-le-Bel après l'accident

  • A
  • A
Calme à Villiers-le-Bel après l'accident
Les deux passagers du scooter ont été blessés dont l'un, qui ne portait pas de casque, grièvement.@ Max PPP
Partagez sur :

Deux jeunes qui circulaient sans casque ont heurté une voiture de police samedi.

Cinq ans après l'accident qui avait coûté la vie à deux ados et provoqué plusieurs jours d'émeutes, un jeune homme a été grièvement blessé samedi à Villiers-le-Bel dans un accident impliquant une voiture de police. Le scooter sur lequel il circulait avec un ami est entré en collision avec un véhicule de la BAC peu avant 16h30. Le deux-roues avait été repéré dans un vol avec violence, un arrachage de collier, vendredi, ont précisé les enquêteurs.

Sans casque, grièvement blessé

Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux passagers du scooter roulaient sans casque. L'un d'eux, âgé de 21 ans, a été grièvement blessé et transféré par hélicoptère à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. "Sérieusement atteint", il était dans un état "stationnaire" dimanche. Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, s'est rendu à son chevet samedi soir. L'autre passager du deux-roues, plus légèrement touché, a pu être hospitalisé sur place.

Le choc entre le scooter et la voiture de police s'est produit à 16h25. Quatre policiers dans un véhicule de la BAC (Brigade anti-criminalité) banalisé ont repéré deux jeunes hommes "non-casqués" sur un scooter, a raconté le commissaire Eric Heip. "Constatant" la présence des policiers, les jeunes font "demi-tour sur le trottoir", a-t-il poursuivi. "Le véhicule de la BAC décide de suivre le scooter (...) puis les policiers "le perdent de vue" et le scooter "surgit entre deux voitures et vient heurter le véhicule de la BAC à l'avant-gauche", a-t-il ajouté.

"Le scooter était sur le trottoir quand les mecs de la BAC les ont vus", a raconté un habitant, sous couvert de l'anonymat. "En les voyant, les policiers ont donné un coup d'accélérateur et ont tamponné les deux jeunes qui ont été projetés par terre", a-t-il affirmé.

Pas de course-poursuite

"Il ne s'agit pas d'une course-poursuite", a martelé le préfet. "Il faut sortir de cette idée d'une course-poursuite, d'une chasse. (...) C'est plus une patrouille de surveillance de police. Le scooter n'était pas poursuivi au moment du choc", renchérit le procureur, Yves Jannier.  "Les protagonistes, les policiers qui patrouillaient, et des témoins" sont auditionnés, a indiqué le procureur, qui estime "prématuré de s'avancer sur le profil" des deux jeunes blessés.

Le maire socialiste de Villiers-le-Bel, Didier Vaillant, a enjoint "tous les habitants de Villiers-le-Bel de garder leur calme". Il demande "à ce qu'un juge d'instruction puisse être nommé dans les meilleurs délais" et "aux témoins de se mettre à disposition de la police"."Tout sera fait pour que le calme soit maintenu" a assuré le préfet, indiquant que le dispositif policier avait été "renforcé et adapté" et qu'il le resterait "le temps nécessaire".

Manuel Valls demande que "toute la clarté soit faite"

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls souhaite que "toute la clarté soit faite" sur l'accident, a assuré le préfet du Val d'Oise, Pierre-Henry Maccioni. Le parquet va requérir l'ouverture d'une information judiciaire sur cet accident, a annoncé le procureur.

Le 25 novembre 2007, deux adolescents, Mushin et Lakamy, avaient été tués dans la collision de leur mini moto avec un véhicule de police. L'accident avait provoqué deux jours de grandes violences urbaines entre jeunes et forces de l'ordre.