CAF : le personnel sous le choc

  • A
  • A
CAF : le personnel sous le choc
@ MaxPPP
Partagez sur :

Face au traumatisme du personnel, les psychologues conseillent une fermeture d'une semaine.

Les huit centres de la caisse d’allocations familiales (CAF) dans les Yvelines n'ouvriront pas leurs portes jeudi. Une fermeture exceptionnelle pour marquer la gravité de l'événement survenu mercredi dans les locaux de la CAF de Mantes-la-Jolie. Un quinquagénaire, dont le RSA était suspendu depuis le mois de mai, a aspergé son corps d'un produit inflammable et y a mis le feu, se jetant par la même occasion sur les employés de la CAF.

Plusieurs heures après le drame, les employés ont commencé tout juste à quitter leurs bureaux. Visages fermés, il leur est difficile de trouver les mots pour décrire ce qui s'est passé sous leurs yeux. Durant tout l'après-midi, la vingtaine d'agents de la CAF a tenté de raconter aux psychiatres l'événement inattendu.

"La chose a été tout à fait soudaine"

Les faits se sont déroulés peu avant 10 heures. L'allocataire du RSA est en entretien avec un conseiller pour évoquer sa situation et, en quelques secondes, l'inattendu : l'individu s'immole face à son conseiller, raconte Patrick Guiry, employé à la CAF de Mantes-la-Jolie.

"Dans un laps de temps extrêmement court, il s'est aspergé et a allumé un briquet. Il avait, semble-t-il, un flacon avec lui. On peut penser qu'il avait préparé l'acte. La chose a été tout à fait soudaine", précise-t-il au micro d'Europe 1.

Le personnel, pourtant habitué à gérer des entretiens parfois tendus avec les allocataires, s'est alors retrouvé totalement démuni devant une telle détresse. Mercredi soir, les responsables de la CAF se son réunis pour examiner le bilan des entretiens psychologiques. Face au traumatisme du personnel, les professionnels conseillent une fermeture de l'accueil pendant au moins une semaine.