Cadavre de bébé à Dijon : la mère devant le juge

  • A
  • A
Cadavre de bébé à Dijon : la mère devant le juge
@ MAXPPP
Partagez sur :

Une femme qui assure être la mère du nourrisson s'est présentée à la gendarmerie dès samedi.

La femme soupçonnée d'être la mère du nourrisson découvert mardi soir dans une poubelle à Dijon, a été présentée vendredi en fin de matinée devant un juge, le parquet ayant requis sa mise en examen, a annoncé la procureure de Dijon, Marie-Christine Tarrare. Une information judiciaire pour "homicide volontaire sur mineur" a été ouverte dans la matinée, a précisé Marie-Christine Tarrare au cours d'une conférence de presse.

Mardi vers 21H30, des employés du centre de tri des déchets de Dijon ont découvert, dans un sac plastique déposé dans une benne à ordures, le corps d'un nouveau-né. L'autopsie réalisée mercredi a permis de  déterminer qu'il s'agissait d'un nourrisson de sexe masculin, né à terme et viable. En revanche, des analyses sont toujours en cours pour déterminer la cause du décès et si le bébé a respiré. "Aucune trace suspecte sur le corps de l'enfant" n'a été constatée par le médecin légiste, qui n'a pas pu préciser la durée durant laquelle le corps a reposé dans ce sac poubelle, a ajouté le procureur.

L'enquête, confiée à la police judiciaire de Dijon, s'est rapidement orientée vers une mère de famille de 32 ans domiciliée dans le nord de la Côte-d'Or. "Samedi, cette femme s'est présentée au commissariat de Dijon en tenant des propos totalement incohérents, ce qui a nécessité l'intervention d'un médecin et son hospitalisation jusqu'à lundi", a déclaré Marie-Christine Tarrare. Après la découverte du corps du nourrisson, les policiers de la Sûreté départementale se sont alors rapprochés des enquêteurs de la PJ.

La jeune femme, employée manufacturière, mère de deux enfants de 9 ans et 5 ans et séparée de leur père depuis 2011, a été interpellée mercredi et placée en garde à vue en milieu médical. "Fragile psychologiquement", elle n'a "pas évoqué un état de grossesse ou un accouchement récents" auprès des enquêteurs et les investigations médicales "n'ont pas pu confirmer un accouchement récent", selon le procureur. Des analyses ADN ont été ordonnées en urgence pour établir un éventuel lien entre cette femme et l'enfant mais "l'état de dégradation du corps" rend ces analyses "plus compliquées" et leur résultat n'est pas encore connu. "Cela étant, les éléments rassemblés amènent à penser que cette femme pourrait être la mère", a dit la procureure.