Braquage de Marignane : une deuxième interpellation

  • A
  • A
Braquage de Marignane : une deuxième interpellation
@ MAXPPP
Partagez sur :

En aout dernier, un sexagénaire avait trouvé la mort en tentant de s'interposer dans le braquage d'un bureau de tabac.

L'INFO. La PJ de Marseille n'a pas oublié Jacques Blondel. Les policiers ont interpellé lundi le deuxième auteur présumé du braquage du bureau de tabac de Marignane, à la suite duquel ce sexagénaire avait été tué le 22 aout dernier en tentant de prendre en chasse les malfaiteurs. Selon les informations recueillies par Europe 1, le suspect, âgé de 22 ans, a été interpellé à Sausset-les-Pins, dans les Bouches-du-Rhône. Il se trouvait dans la rue en compagnie d'une jeune femme. L'interpellation s'est déroulée dans le calme et le jeune homme, qui n'était pas armé, a été placé en garde à vue. Reste désormais à déterminer la responsabilité des deux braqueurs présumés dans la mort de la victime.

Un braquage, une course-poursuite, des coups de feu.  Ce jour-là, Jacques Blondel, 61 ans, ancien salarié d'Air France, s'achète des cigarettes dans un bar-tabac de Marignane. Il est à peu près 18 heures quand tout bascule : deux hommes armés font irruption dans l'établissement. Les malfaiteurs se font remettre le contenu de la caisse, ainsi que des cartouches de tabac puis prennent la fuite. Mais Jacques Blondel décide de ne pas en rester là. Il monte dans sa voiture, dans laquelle se trouve sa femme et sa fille de 15 mois, et se lance dans une course-poursuite. Quelques centaines de mètres plus loin, il percute les deux braqueurs, puis tente de les neutraliser avec une bombe lacrymogène. Pour se défendre, un des deux malfaiteurs fait feu : Jacques Blondel est atteint par plusieurs balles, notamment à l'abdomen et à la cuisse. Il meurt des suites de ses blessures  dans les heures qui suivent.

marignane, braquage

© MAXPPP

Une première arrestation immédiate. L'un des deux braqueurs avait été interpellé immédiatement après les faits à Vitrolles. "Il était déjà connu des services de police pour un certain nombre de faits marquants. Il s'agit ainsi, sans doute, d'un processus qui amène au pire", avait  commenté Manuel Valls au lendemain de cette arrestation. Le ministre de l'Intérieur avait également salué "l'acte de bravoure" de la victime. "Je souhaite que personne n'oublie l'acte de Monsieur Blondel" avait-il indiqué avant de préciser que tout était mis en œuvre pour "identifier et interpeller" le second suspect. "Il appartient à la justice de les sanctionner très sévèrement à la hauteur du crime lâche et intolérable qu'ils ont commis. Il ne peut pas y avoir de sentiment d'impunité", avait estimé le ministre.

23.08 Manuel Valls réagit au drame de Marignane en marge de la Célébration du 69ème anniversaire de la Libération de Paris. 930620

© Capture BFMTV

Jacques Blondel, ce héros. Touché par les braqueurs, Jacques Blondel avait été laissé à terre devant la maison de Carmen, une habitante du quartier. "Il a essayé de les arrêter parce qu'il a vu le fusil. C'est un héros. Il a voulu défendre un tabac dont on va se servir parce qu'on est tous des fumeurs. Ça se passe à Marseille, mais c'est loin Marseille, ici il n'y a pas de ça. Et pourtant, c'est arrivé, devant chez nous", s'alarmait  la riveraine. Le maire de la ville, Eric Le Disses, avait lui aussi réagi avec émotion au meurtre du sexagénaire. "Je peux appeler ça un acte héroïque quelqu'un qui intercepte des braqueurs, mais quand on voit le résultat on se dit que l'on vit dans un monde de fou. Quand des jeunes de 18 ans tuent pour des paquets de cigarettes, c'est incompréhensible. Quand des chefs de bandes qui trafiquent de la drogue se descendent entre eux, ça ne me gène pas. Mais quand ils descendent ici pour tuer un père de famille, là ça me gêne beaucoup", avait-il alors commenté.