Montpellier : le preneur d'otages s'est rendu, les deux otages libérées

  • A
  • A
Montpellier : le preneur d'otages s'est rendu, les deux otages libérées
@ Sylvain Thomas/AFP
Partagez sur :

Retranché dans une bijouterie du centre de Montpellier, un malfaiteur a retenu en otage deux personnes. Il s'est finalement rendu.

Vendredi soir, un homme armé, dans un commerce du centre-ville de Montpellier, a retenu en otage deux femmes, âgées d'une trentaine et d'une quarantaine d'années, après un braquage qui a mal tourné. Le quartier a été bouclé. Après plusieurs heures de négociations, l'homme s'est finalement rendu, sans violence. Les deux otages sont saines et sauves.

"Aucun rapport" avec les événements de Paris. Christophe Barret, procureur de la République ainsi que Philippe Saurel, le maire de Montpellier, s'ataient sont rendus sur place. "Il s'agit d'un braquage. Cela n'a aucun rapport avec ce qui se passe à Paris", avait insisté Christophe Barret.



Armé et casqué. C'est vers 17 heures que la police a été alertée par un commerçant d'une boutique située en face de la bijouterie. Il a vu un homme armé et casqué rentrer dans cette bijouterie du centre-ville, située rue de l'Argenterie. Le malfaiteur s'est retranché avec deux otages, qui seraient une employée de la bijouterie et l'épouse du bijoutier. 

Un périmètre de sécurité a été installé autour de la bijouterie. Mais la configuration des lieux, une rue étroite, d'environ cinq mètres de large, a compliqué la tâche des policiers. Un négociateur du GIPN a longuement discuté avec le malfaiteur.

Déjà un braquage "il y a 10 ans". "Je vois des policiers qui sont dans la rue de l'Argenterie qui m'ont demandé de ne pas me pencher à la fenêtre", a raconté à Europe 1 Martine, une riveraine. "Ils m'ont demandé aussi de ne pas sortir et à chaque angle de rue, il y a des policiers avec leurs boucliers et en arme, avec des pistolets-mitrailleurs", a-t-elle ajouté. Elle connaît les bijoutiers victimes, "déjà victimes d'un braquage il y a 10 ans", rapporte-t-elle. Cette fois, la prise d'otage s'est bien terminée.