Bourges : l’enseignant mis en examen

  • A
  • A
Bourges : l’enseignant mis en examen
@ DR
Partagez sur :

INFO E1 - Olivier Roson a été mis en examen pour homicide sur agent de la force publique et écroué.

L'enseignant de 33 ans qui a tué une policière à coup de sabre vendredi à la préfecture du Cher, et blessé un policier et une employée, a été mis en examen et écroué, samedi, selon les informations d’Europe 1. Olivier Roson, professeur de sciences de la vie et de la terre au lycée Jacques-Coeur de Bourges, a été mis en examen pour tentative d'homicide volontaire sur un policier, et pour tentative d'homicide volontaire sur personne chargée d'une mission de service public. Ces faits sont passibles de la réclusion criminelle à perpétuité. L'enseignant a été transféré vers la prison de Fresnes.

Olivier Roson a expliqué aux enquêteurs "qu'à l'arrivée des policiers il s'est senti trahi", ce qui a entraîné son accès de fureur et son passage à l'acte, selon le procureur. "L'individu a une conscience certaine de ses actes", a ajouté le magistrat. "Il n'a pas exprimé clairement de regrets". Olivier Roson avait acheté le sabre japonais la veille, a précisé le procureur.

Des obsèques nationales la semaine prochaine

Par ailleurs, des obsèques nationales auront lieu la semaine prochaine pour rendre hommage à Anne Pavageau, la policière tuée vendredi. La femme brigadier, âgée de 30 ans, était mariée à un policier et mère de deux enfants.

Peu avant 11 heures vendredi, l’enseignant avait fait irruption à la préfecture du Cher, à Bourges, armé d'un sabre japonais. Le forcené était venu réclamer une autorisation de port d'arme de 4ème catégorie pour arme à feu, qui lui avait été refusé. Il avait d'abord légèrement blessé une employée de la préfecture, puis s'en était pris à une femme policier qui avait été appelée en renfort et tentait de s'interposer.

Cet homme non connu des services de police venait de terminer un recueil de citations qu’il avait laissé en consultation dans l’une des principales librairies de Bourges. Venu présenter son ouvrage, l’enseignant avait parlé au libraire "de la fin du monde en 2012".