Bourges : "il parlait de la fin du monde"

  • A
  • A
Bourges : "il parlait de la fin du monde"
@ CAPTURE BLOG
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Le meurtrier présumé a écrit un livre qu'il proposait chez un libraire. Il raconte.

Un enseignant de 33 ans est suspecté d’avoir mortellement blessé une fonctionnaire de police dans les locaux de la préfecture du Cher, vendredi à Bourges. Olivier Roson était venu demander un permis de port d'arme de 4ème catégorie pour arme à feu, mais il a essuyé un refus net. Mécontent, il serait revenu armé d’un sabre japonais.

Cet homme non connu des services de police venait de terminer un recueil de citations qu’il avait laissé en consultation dans l’une des principales librairies de Bourges. Le patron de l’établissement, qui le connaît de vue  et "l’a revu la semaine dernière", décrit un homme qui a beaucoup changé.

"Il s’est mis à parler de la fin du monde en 2012"

"On l’a revu la semaine dernière, lorsqu’il est venu présenter un livre qu’il venait de faire", a témoigné le libraire sur Europe 1. "Physiquement, il avait changé puisqu’on l’avait connu pas barbu et là, il était barbu", a-t-il poursuivi, avant de préciser : "une barbe de samouraï".

"Puis il s’est mis à parler de la fin du monde en 2012", confie le libraire :

"L'Humanité se porte mal"

Sur son blog personnel, qui lui a servi de support pour préparer son recueil de citations, Olivier Roson se présente comme passionné  de lecture et de citations. Son blog est d’ailleurs une compilation de citations de tous bords.

"L'Humanité se porte mal : les pays du Nord veulent imposer un mode de développement, uniformisant, qui ruine l'avènement d'une gouvernance mondiale au sein de l'ONU, qui menace la paix mondiale, qui ruine la protection réelle de la nature", écrit-il en guise d’introduction. Puis suivent des extraits d’œuvres d’auteurs aussi variés que René Char, Goethe, Pascal, Federico Garcia Lorca ou encore Albert Camus.

Parmi ces nombreuses citations, certaines prennent une nouvelle dimension depuis le faits divers qui s’est déroulé dans les murs de la préfecture du Cher. Se détache notamment un passage de Lord Byron ("Secouer vos liens d’argile ! L’épée, la bannière et le champ ! Défier la route incertaine, Bannières flottantes !"), ainsi qu’une citation de Pablo Neruda évoquant une "planète d’épées, pleines d’Espérance terrestre".