Bouches-du-Rhône : fusillade à l'arme lourde

  • A
  • A
Bouches-du-Rhône : fusillade à l'arme lourde
@ DR
Partagez sur :

Un groupe d’hommes armés s’en est pris à un centre de transport de fonds à Gémenos.

Vers 3h30 du matin dans la nuit de lundi à mardi, un commando d’hommes lourdement armés et très organisés s’en est pris à un centre de transports de fonds à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône.

Très organisée, la dizaine d’individus était équipée d’armes de guerre et avait pris soin, au préalable, de cadenasser la gendarmerie d’Aubagne. Les malfaiteurs sont même allés plus loin, en disposant des clous et des croisillons sur les routes de cette partie du département.

Les gendarmes ont très vite compris

Quand les gendarmes s’en sont rendu compte, ils se sont immédiatement rendus au centre de transport de fonds, qui avait déjà fait l’objet d’attaques par le passé. Ils sont arrivés sur les lieux à temps, au moment où les malfaiteurs se préparaient à lancer l’assaut. Des coups de feu ont été échangés, sans faire de blessé.

Le mode opératoire des malfaiteurs a en effet très vite aiguillé les gendarmes de la PSIG (peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie). Alors qu'ils revenaient de patrouille, et lorsqu'ils ont vu la grille de la gendarmerie cadenassée, ils ont tout de suite pensé à une précédente attaque, qui avait eu lieu le 12 avril dernier au centre de transport de fonds de Valence, dans la Drôme. C'est pourquoi ils se sont très vite rendus au centre de transport de Gémenos. C'est à ce moment que les malfaiteurs leur ont tiré dessus.

"Technicité et professionnalisme"

Le commando a réussi à s’enfuir et ses véhicules, deux voitures et un fourgon, ont été retrouvés quelques kilomètres plus loin, incendiés. Selon une source proche de l’enquête, cette attaque spectaculaire a été menée avec "technicité et professionnalisme".

Ce centre avait déjà été la cible de gangsters en septembre 2007, quand dix millions d'euros avaient été dérobés lors du braquage des lieux. En janvier 2010, plusieurs millions d'euros avaient été volés par un commando d'une dizaine d'hommes, lors d'une attaque d'un fourgon blindé de la société à l'explosif, non loin de là.