Bonbonnes de gaz près de Notre-Dame : deux couples en garde à vue

  • A
  • A
Partagez sur :

D'après les informations d'Europe 1, l'un des deux couples serait en lien avec plusieurs personnes, dont la fille du propriétaire de la voiture.

Quatre suspects ont été placés en garde à vue au 36 Quai des Orfèvres, mercredi, à la section anti-terroriste de la Brigade criminelle, après la découverte près de la cathédrale Notre-Dame d'une voiture suspecte contenant des bouteilles de gaz, dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'agit de deux couples, dont l'un vit près de Montargis dans le Loiret. L'homme de 34 ans et la femme de 29 ans ont trois enfants de 3 à 6 ans et sont tous les deux déjà connus des services de renseignement pour leur radicalisation.

Retrouvés sur une aire d'autoroute. C'est ce couple de Montargis, qui à ce stade, est suspecté d'avoir abandonné la Peugeot 607 chargée de bouteilles de gaz en plein Paris, à 3h30 du matin avant de prendre la fuite jusqu'à leur arrestation mardi midi, sur une aire de repos de l'autoroute A7 près d'Orange.

Voisins et famille sidérés. Dans la commune du Loiret, ses voisins et amis, sidérés, ne croient pas à leur culpabilité."C'est une mère de famille. Quand on la voyait elle sortait, elle conversait avec les mamans au parc", raconte jeudi une voisine du couple au micro d'Europe 1. Le frère de l'homme interpellé, encore sonné, explique de son côté que c’est "parce qu'il porte la barbe qu'il a été arrêté, rien de plus". Il admet toutefois qu’il ne comprend pas pourquoi le couple était à 600 km de chez lui quand il a été interpellé, avec ses trois enfants, alors que la rentrée scolaire est déjà passée.

En lien avec la fille du propriétaire de la voiture. D'après les informations d'Europe 1, ce couple serait en lien avec plusieurs personnes, dont la fille du propriétaire de la voiture. Ce propriétaire, lui, a été mis hors de cause, mais il a signalé aux policiers que sa fille de 19 ans avait pris la 607 avant le week-end, qu'elle est radicalisée et fichée S, car candidate au départ en Syrie. D'ailleurs, cette jeune femme reste activement recherchée.

Un scénario mystérieux. Ce qui intrigue les enquêteurs c'est le scénario de cette affaire. La berline, était bien chargée de bouteilles de gaz, mais sans système de mise à feu. Aussi, elle était abandonnée en pleine contre-allée, sans plaque d'immatriculation et avec les feux de détresse allumés. Tout pour être repérée.

Une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. Il s'agira notamment de savoir s'il y avait un projet d'attentat ou non. Il y a le risque d'"une nouvelle forme d'attaque" avec "le dépôt d'engins explosifs" dans des lieux rassemblant une foule importante, avait averti le patron de la DGSI Patrick Calvar le 10 mai devant la commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale. Devant la commission d'enquête parlementaire sur les attentats, il s'est aussi dit "persuadé" que les djihadistes "monteront en puissance" en passant au stade "des véhicules piégés et des engins explosifs".



Matthieu Bock, reporter pour Europe 1, a rencontré à Montargis, les voisins et proches du couple suspecté :


Dans la commune du Loiret, ses voisins et amis...par Europe1fr