Bijoutier de Sézanne : le complice présumé mis en examen

  • A
  • A
Bijoutier de Sézanne : le complice présumé mis en examen
@ Capture Google Streetview
Partagez sur :

Ce récidiviste, interpellé mardi par la gendarmerie, est poursuivi pour "tentative de vols sous la menace d'une arme".

L'enquête sur l'affaire du bijoutier de la Marne progresse. Les force de l'ordre ont arrêté le complice présumé du braqueur abattu par un bijoutier de Sézanne, dans la Marne, le 28 novembre dernier. Le suspect a été interpellé mardi à Drancy dans un café situé près de son domicile, par les gendarmes de la section de recherche (SR) de Reims appuyés par des policiers de la ville. "Il a été identifié grâce à des éléments de la vidéosurveillance de la bijouterie et des investigations sur la voiture utilisée le jour du braquage à Sézanne", a souligné la gendarmerie. A l'époque des faits, l'affaire avait fait grand bruit. Elle intervenait en effet trois mois après celle du bijoutier de Nice, relançant ainsi la polémique sur la légitime défense.

Mis en examen et écroué. L'homme âgé de 34 ans, déjà condamné pour vols avec arme en bande organisée, vols aggravés ou encore enlèvement et séquestration, a été mis en examen pour tentative de vols sous la menace d'une arme en récidive, a indiqué jeudi le parquet de Reims. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. "Incarcéré depuis 2004, il avait été libéré en mai 2013 et son contrôle judiciaire avait été levé un mois avant les faits", a précisé Fabrice Belargent, le procureur de Reims.

>> A lire - Ce qui attend maintenant le bijoutier de la Marne

Les faits. Le 28 novembre dernier, un braqueur, visage découvert, entre dans la bijouterie avec, à la main, un sac contenant une arme sans munition, de type gomme-cogne. Le joailler, qui se trouve à l'étage, descend, une arme dissimulée dans le dos. Le malfaiteur pointe alors son arme au niveau de son visage, le poussant au fond du magasin. Se sentant menacé, le bijoutier tire quatre fois sur le malfaiteur. Blessé, le braqueur tente de prendre la fuite. Là, il s'effondre devant la bijouterie et succombe finalement à ses blessures quelques minutes plus tard.

>> A lire - Bijoutier de la Marne : "ils en sont venus aux mains"

29.11 braquage bijouterie Sézanne

© Europe1/ Arthur Helmbacher

"Très triste" de la mort de son braqueur. Placé en garde à vue, le bijoutier avait reconnu avoir tiré sur son agresseur présumé avec un pistolet automatique lui appartenant. Après deux jours de garde à vue, il avait été remis en liberté. Une information judiciaire pour tentative de vol sous la menace d'une arme et d'homicide volontaire avait été ouverte. Le procureur de Reims avait alors demandé son placement sous le statut de témoin assisté. Interrogé par Europe 2, peu après sa remise en liberté, le bijoutier s'était dit "très triste" de la mort de son braqueur.

sur le même sujet, sujet,

L'INFO - Le bijoutier de la Marne remis en liberté" url_id="249063">ZOOM - Ce qui attend le bijoutier de la Marne

PORTRAIT - Le profil du braqueur" url_id="249043">PORTRAIT - Le profil du braqueur

REACTION - Le soutien des habitants " url_id="249001">RÉACTION - Le soutien des habitants

L'INFO - Un bijoutier déjà braqué quatre fois " url_id="249023">L'INFO - Un bijoutier déjà braqué quatre fois