Bijoutier de la Marne : déchainement sur Facebook

  • A
  • A
Bijoutier de la Marne : déchainement sur Facebook
@ Capture d'écran Facebook
Partagez sur :

#LesFrançaisenontmarre. C'est le signe de ralliement sur le réseau social des soutiens au bijoutier qui a tué un braqueur.

Comme son confrère de Nice, le bijoutier de Sézanne, dans la Marne, a sa page de soutien sur Facebook. Et ça n'a pas tardé. Jeudi en fin d'après-midi, l'homme a tué par balles un braqueur qui avait surgi dans son échoppe. Ce faits divers à peine relayé dans les médias, une page Facebook de soutien au commerçant était créée. Intitulée "Soutien au bijoutier de Sézanne", elle recueillait jeudi en début de soirée près de 1.000 "likes", et plus de 14.000 vers 9 heures vendredi matin.

Des pro... et des anti aussi. A noter que dans le même temps, une page Facebook baptisée "Contre le soutien au bijoutier de Sézanne - Marne" était aussi créée. Son but : s'élever "contre tous ceux qui vont immédiatement dire qu'il a bien fait et que le braqueur n'a eu que ce qu'il méritait". Sa référence principale : le Code pénal. Mais le nombre de ses "fans" peinait vendredi matin à passer le cap de la centaine.

Les faits, rien que les faits. Jeudi, à Sézanne, deux braqueurs, dont l'un était armé d'une arme de poing, se sont introduit dans l'échoppe du bijoutier. Ce dernier, qui se trouvait alors en compagnie de son épouse, a sorti un pistolet 9 mm et a ouvert le feu à quatre reprises, blessant grièvement un des assaillants. Pris en charge par les secours, l'homme est mort une heure plus tard. Le second braqueur a réussi à prendre la fuite. Pour l'heure, on ignore encore l'identité et le profil de l'homme décédé. La section de recherche (SR) de la Gendarmerie de Reims est en charge de l'enquête

Comme le bijoutier de Nice. Une vague de soutien qui fait évidemment écho à l'affaire du bijoutier de Nice, survenue en septembre dernier. Stéphan Turk, mis en examen pour homicide volontaire après la mort d'un braqueur sur qui il avait ouvert le feu à l'issue du casse de sa bijouterie, avait alors recueilli plus d'un million de "likes" sur Facebook via la page de soutien créée pour lui.