Bébés congelés : la mère déjà condamnée

  • A
  • A
Bébés congelés : la mère déjà condamnée
Deux foetus congelés ont été retrouvés dimanche au domicile de leur mère à Ambérieu en Bugey@ MAXPPP
Partagez sur :

La mère des deux bébés retrouvés dimanche dans l'Ain avait été condamnée pour infanticide en 2005.

La macabre découverte. Deux bébés congelés ont été retrouvés dimanche au domicile de leur mère à Ambérieu, dans l'Ain, a révélé lundi soir France 3 Rhône-Alpes. C'est le concubin de la mère de famille de 32 ans qui a découvert dans son congélateur un premier enfant et a aussitôt appelé les gendarmes. Ces derniers ont alors trouvé un autre cadavre congelé, selon une source proche de l'enquête.

26.03-ambérieux.gendarmes

L'enquête. "En l'état, il est très compliqué de déterminer l'âge des corps retrouvés, et de savoir s'ils étaient vivants ou viables" à leur naissance, a précisé le procureur de la République, Denis Mondon. Des analyses doivent être réalisées pour déterminer l'âge des corps retrouvés, et s'ils étaient vivants à leur naissance, selon le parquet. La mère de famille a indiqué aux enquêteurs que les naissances avaient eu lieu en 2011 et 2012. Sa garde à vue a été prolongée lundi soir.

26.03-ambérieuxt.tente

Mardi matin, deux chapiteaux blancs avaient été dressés par les enquêteurs à l'arrière de cette petite maison d'un quartier modeste d'Ambérieu, aux volets mi-clos. Selon de premiers éléments recueillis auprès de ses voisins, la mère était serveuse. Un voisin de ce quartier modeste d'Ambérieu, Michel Breban, a évoqué "une personne qui vivait comme tout le monde, qui travaillait (...) toujours souriante, aimable, sociale". Il a ajouté que la jeune femme avait un petit garçon.

La mère déjà condamnée pour infanticide. La mère avait déjà été condamnée en 2005 à quinze ans de prison après avoir tué son nouveau-né, avec l'aide de sa mère, rappelle le journal régional Le Progrès. Le 28 mars 2002, la jeune femme, qui avait dissimulé sa grossesse, avait accouché dans les toilettes. Elle avait ensuite demandé à sa mère de placer le corps dans un sac, qui avait ensuite été abandonné dans une maison en ruine. Cette dernière avait été placée en détention provisoire après ce meurtre et qu'elle avait comparu détenue en 2005 puis condamnée à 18 ans de prison. Le procureur doit donner des informations supplémentaires sur les mesures dont elle avait pu bénéficier depuis cette date, puisqu'elle était actuellement libre.