Bébés congelés : enquête pour meurtre et non dénonciation de crime

  • A
  • A
Bébés congelés : enquête pour meurtre et non dénonciation de crime
@ AFP
Partagez sur :

ENQUÊTE - Le père a découvert un premier nouveau-né dans un sac isotherme, quatre autres corps de nourrissons ont été retrouvés dans un congélateur. La mère a reconnu avoir accouché secrètement.

Bébés morts-nés puis dissimulés ? Déni de grossesses suivi d'infanticides multiples ? L'enquête s'annonce "particulièrement lourde et délicate" pour tenter d'élucider la découverte macabre effectuée jeudi dans une maison de Louchats, en Gironde. Des gendarmes appelés par un père de famille sous le choc ont découvert les cadavres de cinq bébés. L'un se trouvait dans un sac isotherme, les autres dans un congélateur du pavillon familial.

La mère n’a pas été entendue. Le parquet de Bordeaux a ouvert samedi une information judiciaire pour meurtre contre la mère. Le parquet a précisé qu'elle était toujours hospitalisée en milieu psychiatrique et qu'elle n'avait pas pu être entendue par les enquêteurs et encore moins déférée devant un juge d'instruction. Mais selon les informations recueillies par Europe 1, la mère aurait reconnu, très brièvement avant son hospitalisation, avoir accouché secrètement il y a deux jours.

Le mari placé sous contrôle judiciaire. Son mari a été mis en examen samedi pour "non dénonciation de crimes sur mineurs de 15 ans" et "recel de cadavres de personnes victimes d'homicides ou de violences entraînant la mort sans intention de la donner". Il a été placé sous contrôle judiciaire. Entendu pendant 48 heures sous le régime de la garde à vue, il aurait "fait état de sa surprise" et "manifesté un certain abattement", mais l'enquête n'a pas encore permis de savoir s'il était au courant de cet accouchement et de la présence des quatre autres nouveau-nés dans le congélateur.

Le premier bébé est né viable. L'autopsie pratiquée sur le premier corps retrouvé a révélé que l'enfant, de sexe masculin, est né viable. Cependant "on ne peut pas dire encore si c'était une naissance à terme, et des analyses devront déterminer s'il a vécu après l'accouchement" qui s'est produit mardi soir, a précisé vendredi le procureur adjoint de Bordeaux, Anne Kayanakis. "Il n'est pas mort-né. La question est de savoir s'il a vécu", a précisé la magistrat. "Il faut des investigations complémentaires pour déterminer s'il a respiré après l'accouchement, ce qui peut avoir une conséquence sur la qualification des faits". Les autopsies des quatre autres nouveau-nés découverts dans un congélateur sont en cours. Des expertises sont également attendues pour établir la filiation exacte des enfants, car le procureur a dit n'entendre "écarter aucune donnée". Le résultat de ces expertises ne devrait pas être connu avant lundi.

>> LIRE AUSSI - Déni de grossesse et infanticide : de quoi parle-t-on ?

>> LIRE AUSSI - Bébés congelés : la mère a reconnu un accouchement secret