Le père du bébé tombé dans la Garonne mis en examen

  • A
  • A
Le père du bébé tombé dans la Garonne mis en examen
@ REUTERS
Partagez sur :

Un père, soupçonné d'avoir jeté sa fillette dans le fleuve, a été mis en examen dimanche pour "homicide volontaire sur mineur de moins de quinze ans". 

Que s’est-il passé vendredi soir sur le pont de Pierre, en plein centre-ville de Bordeaux, en Gironde ? Un père de famille de 34 ans, soupçonné d'avoir jeté sa fillette de 21 mois dans la Garonne ce soir-là, a été mis en examen dimanche pour "homicide volontaire sur mineur de moins de quinze ans".

"Un faisceau d'éléments permettent de remettre en cause la version des faits présentés" par le père de famille, a indiqué le parquet. Depuis le début de cette affaire, l'homme, en conflit avec la mère pour la garde de l'enfant, affirme que la fillette a fait une chute accidentelle. 

>> LIRE AUSSI - Bébé disparu dans la Garonne : la garde à vue du père prolongée

Le corps de la fillette reste introuvable. Vers 20 heures vendredi soir, cet employé de supermarché se trouvait dans un état de panique sur le pont reliant la rive droite et gauche de Bordeaux. "Ma gamine ! Ma gamine", aurait-il crié à des passants. Rapidement, des moyens ont été déployés sur place afin de mener des recherches sur le fleuve et la berge. Deux embarcations, dont une équipée d'une caméra thermique, ont sondé le fleuve. Des battues ont été menées sur les deux rives, en aval du pont. En vain. Compte tenu du courant, le corps de la fillette a pu être emporté très loin de son point de chute.

Une chute accidentelle selon le père. D'après les déclarations du père, la fillette marchait sur le parapet du Pont de pierre lorsqu'elle aurait voulu donner un coup de pied qui l'aurait fait basculer dans le fleuve. Les enquêteurs, considérant le suspect "peu crédible" et sa version "peu vraisemblable", avaient décidé samedi de prolonger de 24 heures sa garde à vue du chef d'homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans. Selon les premiers examens, aucun trouble psychiatrique n'a par ailleurs été décelé et l'hypothèse de la remise de l'enfant à un tiers n'est pas envisagée. La mère de famille a également été entendue par les enquêteurs. Une procédure judiciaire était notamment en cours concernant la garde de l'enfant.

Le parquet a précisé que le lieu de la chute n'était pas situé dans le champ des caméras de surveillance. 

Une séparation conflictuelle. Le suspect, sans antécédents judiciaires, était "fragilisé" par un contexte de séparation conflictuelle depuis juillet d'avec la mère de l'enfant. Il devait bientôt passer devant un juge aux affaires matrimoniales pour statuer sur la garde de l'enfant. Or, les conclusions d'un rapport d'enquête sociale, dont il avait eu connaissance la veille du drame, rendaient "probable" un retrait de l'enfant à sa garde, a souligné lundi Marie-Madeleine Alliot, procureur de Bordeaux.

Un récent précédent à Bordeaux. Cette disparition intervient une dizaine de jours après celle d'un nourrisson de 4 mois, également dans la Garonne, à Bordeaux, probablement jeté par son père. Ce dernier a depuis été mis en examen et placé en détention provisoire. Le corps de l'enfant reste quant à lui toujours introuvable.