Bébé mort : un homicide involontaire ?
Bébé mort : un homicide involontaire ?

Le parquet estime qu’il y a eu "imprudence" lors de la prise en charge d'Adrien à Montauban.

Adrien n’avait que 9 mois. Une information judiciaire a été ouverte contre X pour homicide volontaire par le parquet de Montauban après le décès de ce nourrisson le 25 janvier aux urgences de l’hôpital de la ville.

"Nous estimons qu'il y a eu une imprudence, inattention" ou négligence comme le stipule la loi, précise la procureur Marie-Françoise Serny.

Le bébé avait été admis à deux reprises aux urgences du centre hospitalier pour de violents vomissements. L’autopsie a depuis conclu à une occlusion intestinale, a indiqué l'avocat des parents de l'enfant, Me Laurent Mascaras.

Un deuxième décès sans lien apparent

Par ailleurs, le 24 janvier, la veille de la mort d’Adrien, une fillette âgée de 3 mois et demi était décédée à l’hôpital des enfants à Toulouse après son transfert de Montauban. Le directeur du centre hospitalier de la ville, Joachim Bixquert, a affirmé jeudi qu’il ne s’agissait que d’une pure "coïncidence".

Seul point commun dans l'immédiat entre les deux décès, la vaccination au Prevenar. Ce médicament sert à immuniser les petits contre des maladies comme les septicémies, les méningites ou les pneumonies bactériémiques. L'Agence régionale de santé de Midi-Pyrénées a cependant exclu jeudi tout lien entre l’injection et le décès des nourrissons.