AirAsia : enquête à Paris pour homicide involontaire

  • A
  • A
AirAsia : enquête à Paris pour homicide involontaire
@ MOHD FYROL / AFP
Partagez sur :

JUSTICE - Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour "homicide involontaire" après la disparition d'un avion d'AirAsia, dont le copilote était français.

Sur les 162 victimes, il était le seul Français présent dans lors du crash. Parce que le copilote de l'avion d'AirAsia était Français, le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour "homicide involontaire" après la disparition de l'appareil au-dessus de la mer de Java. L'enquête, quasi-automatique dès lors qu'il y a une victime française lors d'une catastrophe à l'étranger, a été confiée à la gendarmerie des transports aériens.

>> LIRE AUSSI - Avion AirAsia : des débris repérés en mer et trois corps repêchés

Les recherches se poursuivent. L'Airbus A320-220 de la compagnie malaisienne à bas prix s'est abîmé en mer dimanche entre l'Indonésie et Singapour. 162 personnes, dont 7 membres d'équipage, 156 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Malaisien un Singapourien, un Français et un Britannique, se trouvaient alors à bord.

De nombreux pays, comme l'Australie ou la Chine, ont offert leur aide pour participer aux recherches. Une équipe de deux enquêteurs français accompagnée de deux conseillers techniques d'Airbus est partie dimanche pour Jakarta. Six corps ont été récupérés depuis par les secours. Mais les opérations de recherche ont dû être suspendues mercredi en raison de mauvaises conditions météorologiques.

>> LIRE AUSSI - AirAsia, un mastodonte du low-cost

Un ancien ingénieur chez Total. Le copilote, Rémi-Emmanuel Plésel, âgé de 46 ans, était le seul Français de ce nouveau drame aérien impliquant un avion malaisien cette année. Originaire de Martinique, cet ancien ingénieur chez Total avait changé de carrière en 2012 et passé son brevet de pilote avant de se faire embaucher par AirAsia.