Avalanche mortelle : "un coup dur"

  • A
  • A
Avalanche mortelle : "un coup dur"
@ Max PPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1- Jérémie Berlière, moniteur professionnel connaissait les alpinistes morts mardi.

"Au mauvais endroit, au mauvais moment". C'est en ces termes que Jérémie Berlière, le moniteur du club alpin français de Rennes, évoque l'accident qui a coûté la vie à quatre membres de son club, mardi après-midi. Quatre alpinistes français, domiciliés à Rennes et Chateaubourg, sont morts dans une avalanche lors de l'ascension d'une cascade de glace dans les Hautes-Alpes. Les victimes évoluaient avec un guide de haute montagne, sorti indemne de l'accident.

>> A lire - Alpes : avalanche meurtrière, quatre tués

"Ils avaient encore des choses à apprendre". Les quatre hommes, âgés de 27 à 49 ans, participaient à un stage de perfectionnement, confie Jérémy Berlière, moniteur professionnel d’escalade. "C'était des gens qui commençaient à être autonomes en alpiniste. Donc, ils commençaient à sortir par eux-mêmes. Au niveau de la cascade de glace, ils étaient encadrés par un guide parce qu'ils avaient encore des choses à apprendre. Mais dans cette avalanche, ils se sont trouvés au mauvais endroit au mauvais moment", commente-t-il au micro d'Europe 1.

Un guide très expérimenté. Jérémy Berlière estime en effet que le moniteur qui accompagnait les victimes n'est absolument pas responsable de cet accident. Les alpinistes évoluaient dans la Goulotte des enfers quand l'avalanche a coupé la corde qui les reliait à leur moniteur. Au moment de l'accident, le guide était justement en train de positionner un relai, un point d'accroche pour une poulie.

"Je connaissais leur guide. C'est quelqu'un qui est plutôt sur la sécurité, il ne va pas dans les endroits à risque quand il ne faut pas", raconte-t-il. Âgé de 35 ans, le guide, qui a prévenu les secours, faisait en effet partie de "l'élite des guides de France". Cette filière a été mise en place au niveau fédéral pour permettre à de jeunes alpinistes confirmés de se perfectionner et de devenir complètement autonomes en haute-montagne, rapporte France 3.

La famille sur place mercredi. "Je pense surtout aux familles, parce que je les connais. Et au guide aussi, pour lui, ça doit être un coup dur", commente Jérémy Berlière. Choqué, le guide a été évacué vers l'hôpital, et n'a pas pu entendu pour l'instant. Les corps des quatre victimes ont été redescendus dans la vallée de Crévoux où les familles doivent se rendre mercredi.