Attentats de Paris : les familles des victimes reçues par les juges

  • A
  • A
Attentats de Paris : les familles des victimes reçues par les juges
Les proches des victimes des attentats, ici lors de l'hommage national aux Invalides, seront reçus à l'école militaire.@ AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA
Partagez sur :

De mardi à jeudi, les juges d'instruction vont recevoir plus de 1.000 proches des victimes et rescapés des attentats et répondront à leurs questions.

Six mois après les attentats de Paris, mardi est une journée importante pour les proches des victimes et les rescapés. Tous seront reçus à partir de mardi et jusqu'à jeudi par les juges chargés de l'enquête. Un face-à-face avant tout symbolique, mais qui doit également répondre à certaines demandes très concrètes.

De nombreuses questions. Au cours de ces trois après-midis, plus de 1.000 proches de victimes et rescapés vont avoir en face d'elles les six juges d'instruction en charge du dossier et trois magistrats du parquet. Ces derniers vont leur présenter pendant une heure et demie l'état d’avancement de l'enquête et répondront ensuite aux questions. Du côté des familles, et même pour celles qui ont accès au dossier d'instruction par leurs avocats, les questions restent nombreuses. Certains éléments, comme les autopsies, ne leur ont en effet toujours pas été communiqués.

Les autopsies communiquées cette semaine. Les autopsies sont nécessaires, explique Georges Salines, père de Lola, morte au Bataclan, et président de l'association "13 novembre : fraternité et vérité", qui fédère les familles des victimes des attentats. "D'abord, pour savoir si elle a souffert ou pas et si elle a eu le temps de voir la mort venir, parce que ça c'est important", détaille-t-il. Pour savoir aussi "où l'examen médical a été pratiqué par les médecins légistes. Ces éléments médicaux n'ont toujours pas été versés au dossier", rajoute Georges Salines. D'après les informations auxquelles Europe 1 a eu accès, ces éléments précis seront communiqués aux familles cette semaine.

Des demandes très personnelles. Les questions des familles de victimes sont multiples et notamment sur le silence de Salah Abdeslam depuis son retour en France. Enfin, certains viennent aussi avec des questions très personnelles. Une victime qui porte en elle des fragments de balle voudrait par exemple savoir leur composition.