Attentats de janvier : un complice présumé de Coulibaly libéré

  • A
  • A
Attentats de janvier : un complice présumé de Coulibaly libéré
Amedy Coulibaly@ AFP
Partagez sur :

L'homme est soupçonné d'avoir apporté un soutien au preneur d'otages de l'Hyper Cacher dans la préparation de son acte.

Il est accusé d'avoir apporté une aide à Amedy Coulibaly dans sa préparation de l'attaque de l'épicerie Hyper CacherSelon les informations du Parisien, un complice présumé du preneur d'otages abattu dans l'assaut du RAID a été libéré de prison en juin dernier et placé sous contrôle judiciaire. Cet homme de 23 ans, qui a passé cinq mois en détention provisoire, reste poursuivi pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste.

Il avait été arrêté le 16 janvier. Tonino Gonthier, intérimaire originaire de Grigny, dans l'Essonne, avait été interpellé et placé en garde à vue le 16 janvier dernier. Il avait été ensuite mis en examen et écroué à la prison de Fleury-Mérogis.

Un Mégane Scénic et deux gazeuses. Les enquêteurs ont découvert que le jeune homme, dont le casier judiciaire est vierge, était présent lors de l'achat à un particulier du Renault Scénic utilisé par Amedy Coulibaly quelques jours plus tard pour se rendre porte de Vincennes, à l'Hyper Cacher. Il avait aussi prêté sa carte d'identité à un proche du terroriste lors de l'achat de deux gazeuses lacrymogènes dans une échoppe du marché aux puces, à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

Tonino Gonthier a reconnu les faits, tout en assurant qu'il ignorait tout des projets de Coulibaly. Il assure également connaitre à peine le preneur d'otages de l'épicerie juive, qu'il perçoit à l'époque comme "un grand du quartier" qui a fait de la prison.

Libéré notamment grâce à "sa faible implication présumée".  Cette libération découle d'une demande de mise en liberté déposée par l'avocat du suspect. Le parquet ne s'y était pas opposé et le juge d'instruction a donc ordonné cette mise en liberté. "Son absence de casier judiciaire, sa constance dans ses déclarations et, plus généralement, sa faible implication présumée dans la préparation de l'attaque de l'Hyper Cacher ont fait pencher la balance en faveur d'un placement sous contrôle judiciaire", explique une source proche du dossier, citée par Le Parisien. Tonino Gonthier devient ainsi le premier mis en cause dans l'enquête sur les attentats de janvier à être libéré.