Attentat du Drugstore Publicis : la réclusion criminelle à perpétuité requise contre Carlos

  • A
  • A
Attentat du Drugstore Publicis : la réclusion criminelle à perpétuité requise contre Carlos
La réclusion criminelle à perpétuité a été requise contre Carlos.@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

La justice a requis la réclusion criminelle à perpétuité contre Carlos. Il est jugé pour l'attentat contre le Drugstore Publicis, perpétré en 1974.

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris à l'encontre d'Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos, pour l'attentat du Drugstore Publicis qui avait fait deux morts et 34 blessés à Paris en 1974.

"Tous les éléments convergent vers lui". Le 15 septembre 1974, à 17h10, les victimes avaient été fauchées par l'explosion d'une grenade lancée par un homme depuis le restaurant en mezzanine du Drugstore vers la galerie marchande en contrebas. Carlos, déjà condamné deux fois en France à la perpétuité, a toujours contesté être l'auteur de cet attentat. "Tous les éléments accumulés dans cette enquête convergent vers lui", a expliqué l'avocat général Rémi Crosson du Cormier.

Interrogé lors du procès sur son implication directe, le Vénézuélien a éludé, arguant qu'on lui demandait de "devenir un informateur contre (lui)-même" et qu'un "cadre de la résistance palestinienne" comme lui ne pouvait, sous peine de mort, fournir des informations sur une opération, encore moins lors d'un procès.

Carlos est incarcéré en France depuis son interpellation au Soudan en 1994. Poussé dans ses retranchements par le président François Sottet, il a finalement lâché : "Peut-être que c'est Carlos, peut-être que c'est moi, mais il n'y a aucune preuve de cela."

Incarcéré en France depuis son arrestation au Soudan par les services français en 1994, Carlos a déjà été condamné à deux reprises à la peine maximale pour le meurtre de trois hommes, dont deux policiers en 1975 à Paris, et pour quatre attentats à l'explosif qui avaient fait onze morts et près de 150 blessés en 1982 et 1983, à Paris, Marseille et dans deux trains.