Attentat de Nice : ce qu'on sait à 14h

  • A
  • A
Attentat de Nice : ce qu'on sait à 14h
@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

ON VOUS RÉSUME - Le bilan s'est alourdi à 84 morts, le suspect a été formellement identifié et le scénario se précise. Retrouvez les dernières informations sur la tuerie. 

La France s'est réveillée meurtrie, au lendemain de l'attentat qui a fait au moins 84 morts, à Nice, jeudi soir. L'auteur des faits, tué par la police, a été identifié et les enquêteurs recherchent désormais d’éventuelles complicité. "Des investigations sont menées pour savoir si l'individu a agi seul ou s'il a bénéficié de complices qui auraient pris la fuite", a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Un motard héroïque. Il a tenté d'arrêter le camion qui s'est précipité sur la foule jeudi soir à Nice lors de l'attentat, en cherchant à ouvrir la portière du véhicule qui roulait à faible allure sur la Promenade des Anglais avant de chuter, selon le récit d'un journaliste allemand, Richard Gutjahr.

"Le motard a essayé d'ouvrir la portière". "Je me trouvais sur le balcon (d'un hôtel) qui donne directement sur la Promenade des Anglais et j'ai vu les gens qui étaient en train de célébrer (le 14-Juillet) puis tout à coup un camion a roulé en direction de la foule", a-t-il raconté à l'AFP, joint par téléphone depuis Berlin. "Il conduisait très lentement, c'est ce qui était étonnant", a poursuivi ce journaliste indépendant. "Et il a été suivi par un motard qui roulait derrière lui et le motard a essayé de le dépasser et a même essayé d'ouvrir la portière côté conducteur du camion", a expliqué Richard Gutjahr qui a également tourné une vidéo avec son smartphone, utilisée par la chaîne publique allemande ARD. "Mais il a chuté et il est passé sous les roues du camion", a-t-il expliqué.

Hollande est arrivée sur place. François Hollande est arrivé vendredi à 12H20 à Nice, au lendemain de l'attentat qui a fait au moins 84 morts sur la Promenade des Anglais, pour une visite qui le conduira notamment à la préfecture puis à l'hôpital Pasteur, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le chef de l'Etat doit assister à un briefing au Centre opérationnel départemental (COD) des Alpes-Maritimes, installé à la préfecture des Alpes-Maritimes, avant de se rendre au Centre hospitalier universitaire Pasteur puis de faire une halte dans des locaux préfectoraux pour rencontrer les services de sécurité et de secours intervenus lors de l'attentat.
Manuel Valls était arrivé à Nice quelques minutes avant le chef de l'Etat. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est lui arrivé à Nice dans la nuit de jeudi à vendredi.

54 enfants hospitalisés. Alors que le bilan provisoire de l'attentat à Nice fait état de plus de 60 blessés dont 18 en "urgence absolue", 54 enfants ont été hospitalisés depuis jeudi soir à l'hôpital Lenval de la ville, selon Nice Matin. Deux d'entre eux sont morts.

Plusieurs "entre la vie et la mort". "A 7h on a constaté deux décès d'enfants" au cours d'interventions chirurgicales, "d'autres sont encore entre la vie et la mort", a-t-il été précisé.

"Une erreur de jugement". France Télévisions a présenté ses excuses vendredi après avoir diffusé dans la nuit des images choquantes de l'attentat de Nice et le CSA a appelé l'ensemble des médias audiovisuels à "la prudence et la retenue".

"Au cours de la nuit du 14 au 15 juillet, l'édition spéciale de France 2 consacrée aux événements dramatiques de Nice a diffusé un sujet montrant des témoignages et des images choquants", a indiqué le groupe sur son site France TV Info. France 2, qui a basculé en édition spéciale après minuit, a notamment été pointée du doigt pour avoir interviewé un homme près du corps de son épouse. "Ces images brutales, qui n'ont pas été vérifiées selon les usages, ont suscité de vives réactions. Une erreur de jugement a été commise en raison de ces circonstances particulières", a reconnu France Télévisions.

Des victimes de toutes les nationalités. Des étrangers de diverses nationalités ont été tués jeudi soir dans l'attentat de Nice, dans le sud-est de la France, qui a fait 84 morts et des dizaines de blessés, dont 18 graves. Parmi les premières victimes identifiées figurent au moins dix étrangers : trois Allemands, un Tunisien, une Suissesse, une Russe, une Arménienne, un Ukrainien.