Attaques de DAB: 11 personnes déférées

  • A
  • A
Attaques de DAB: 11 personnes déférées
@ Maxppp
Partagez sur :

Elles sont accusées d’avoir commis 73 vols sur des personnes devant des distributeurs de billets.

Trois adultes et huit mineurs ont été déférés au parquet de Paris pour leur rôle présumé dans 73 vols sur des personnes devant des distributeurs automatiques de billets (DAB) entre décembre 2008 et octobre 2009, a annoncé vendredi le parquet de Paris. Ce dernier a ouvert jeudi une information judiciaire, confiée à un juge d'instruction, "à la suite de très nombreux vols commis par des groupes d'adolescents à l'encontre de personnes retirant de l'argent à des distributeurs automatiques de billets dans la plupart des arrondissements de Paris", a indiqué le parquet dans un communiqué. Les 11 suspects ont été présentés dans la foulée au juge d’instruction.

"Les personnes majeures, deux femmes et un homme, ont été mises en examen des chefs de non-justification de ressources par personne ayant autorité sur un mineur délinquant et provocation directe de mineurs à la commission habituelle de délits", a encore précisé encore le parquet. Les huit mineurs, âgés de 12 à 17 ans, ont été mis en examen des chefs de vols et tentatives de vols en bande organisée, en état de récidive légale pour cinq d'entre eux. "Les investigations ont permis de recenser 73 faits de ce type commis entre décembre 2008 et octobre 2009, pour un préjudice global de près de 20.000 euros, susceptibles d'être imputés aux personnes déférées."

Un mode opératoire bien rôdé

Toujours selon le parquet, l’enquête "a permis de caractériser l'existence d'une organisation d'individus, la plupart originaires d'une même ville en Roumanie, spécialisés dans les vols d'espèces auprès de distributeurs automatiques de la capitale".

Les voleurs procédaient toujours selon le même mode opératoire, bien rôdé. "Les délinquants, tous mineurs, entouraient la personne en train d'effectuer un retrait d'argent, plaçaient une feuille de papier, telle une pétition à signer ou un journal gratuit à acheter sur le clavier, pendant que d'autres, profitant de l'attention détournée de la victime, tapaient un montant de plusieurs centaines d'euros. Lorsque la victime récupère sa carte bancaire, un des individus s'empare des espèces sortant du distributeur et les voleurs prennent la fuite en courant", a expliqué le parquet.