Arnaqué et ruiné par son avocat

  • A
  • A
Arnaqué et ruiné par son avocat
Jean Motsch pensait avoir trouvé le bon avocat, mais au lieu de gagner un procès, ce dernier lui a tout fait perdre.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un avocat a fait croire à son client qu'il avait gagné son procès, un mensonge qui a ruiné sa vie.

Jean Motsch, gérant d'agences immobilières, était serein et pensait avoir gagné un procès important pour son entreprise. Sauf que l’avocat qu’il avait pris pour cette affaire lui avait tout simplement menti, lui faisant que deux jugements du tribunal de Nanterre lui accordaient 228.000 euros.

Jean-Damien Vicq, cet avocat de Nancy a été condamné vendredi à trois ans d'interdiction d'exercer, dont deux avec sursis. Mais son client lésé, Jean Motsch, a depuis tout perdu à cause d’une procédure qui l'opposait en 2004 à une autre franchise d'agences.

Un procès "gagné", mais aucune indemnité

Après que son avocat lui ai annoncé que la justice lui avait donné gain de cause, Jean Motsch n'est pas jamais parvenu pas à récupérer les sommes qu’il réclamait. Quelques jours plus tard, l'agent immobilier est parvenu à joindre son avocat, qui l'a alors envoyé chez un huissier supposément détenteur des sommes réclamées.

Ce dernier lui a répondu qu'il n'avait jamais été en possession de l'argent et, après vérification, que les procédures devant le tribunal de commerce de Nanterre n'avaient jamais existé. Ses sociétés, confrontées à de graves problèmes financiers, ont été liquidées en juillet 2007.

"Aujourd’hui je suis ruiné"

"L'huissier m'a indiqué que tout était faux, les jugements comme les condamnation aux dommages et intérêts", a expliqué Jean Motsch en marge de l'audience qui s'est déroulée à huis-clos devant le Conseil régional de discipline des avocats, vendredi à Nancy.

“Aujourd’hui je suis ruiné, c’est vrai qu’on m’a tout pris. Je suis au RSA, je suis en surendettement, je suis en instance de divorce, je suis dans une situation financière catastrophique“, a-t-il confié au micro d’Europe 1.

L'avocat, qui n'a pu être joint après l'audience, a un mois pour interjeter appel de la décision devant les chambres réunies de la Cour d'appel.