Ariège: poignardé à mort par "vengeance"

  • A
  • A
Ariège: poignardé à mort par "vengeance"
@ CAPTURE GOOGLE MAPS
Partagez sur :

Kevin aurait agressé sexuellement sa tueuse, à qui il devait aussi de l'argent.

L'étudiante ariégeoise soupçonnée d'assassinat et incarcérée a expliqué son geste. Lundi, aux enquêteurs, elle a confié avoir poignardé à mort Kevin Sellier, 19 ans, pour se venger d'une agression sexuelle qu'elle aurait subi et parce qu'il lui devait de l'argent.

Corps trouvé par un cueilleur de champignons

Le corps du jeune homme avait été découvert le 11 mai dans une forêt des Pyrénées, entre les villages de Vicdessos et de Goulier. Un cueilleur de champignons était tombé par hasard sur le cadavre recouvert de branchages. L'autopsie a révélé que le jeune homme avait succombé à plusieurs coups de couteaux et qu'il avait ensuite été brûlé.

Devant la juge Dorothée Juillan, Cindy, étudiante de 20 ans, a reconnu avoir prémédité le meurtre. Elle a été mise en examen samedi pour assassinat. Un ami de la jeune femme, lui aussi étudiant et présent sur les lieux du crime, est soupçonné de l'avoir aidée à dissimuler le corps. Il a été mis en examen pour recel de cadavre et relâché à l'issue de sa garde à vue à Toulouse. Les deux jeunes gens ont été interpellés jeudi à Pamiers à l'issue d'une enquête des gendarmes de la section de recherches de Midi-Pyrénées.

"Une fille a priori sans problème"

Les trois jeunes domiciliés à Pamiers et dans ses environs étaient partis faire une randonnée à bord de la voiture de la jeune femme. Signe de la préméditation, des bouteilles d'un liquide inflammable, qui serviront à brûler le cadavre, avaient été placées dans le coffre. Kevin Sellier, qui vivait de petits boulots dans le BTP, avait été porté disparu le 23 mars par un membre de sa famille chez qui il vivait à Pamiers. Il n'a été identifié qu'en juin, grâce à son ADN.

La victime était connue de la police pour des vols et des affaires de stupéfiants, si bien que les enquêteurs pensaient initialement à un règlement de comptes. L'examen de ses communications téléphoniques leur a permis de faire le lien avec Cindy, "une fille a priori sans problèmes", selon une source proche du dossier.