Ardennes : un père écroué pour le meurtre présumé de sa femme et de ses deux enfants

  • A
  • A
Ardennes : un père écroué pour le meurtre présumé de sa femme et de ses deux enfants
Les trois victimes avaient été retrouvées mortes dans leur baignoire une semaine avant la mise en examen du père du famille.@ FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Partagez sur :

La version du père de famille, qui nie être coupable de ce triple homicide, est démentie par l'enquête.

Huit jours après la découverte d'une femme et de ses deux enfants morts dans leur baignoire à Châtelet-sur-Retourne, dans les Ardennes, le père de famille a été mis en examen pour "homicide volontaire" lundi. "Benjamin Burel a été placé en détention provisoire cet après-midi (lundi) et les investigations se poursuivent sous l'autorité du magistrat instructeur", a déclaré Matthieu Bourrette, procureur de Reims, lors d'une conférence de presse. Les corps "tout ou partie dénudés" des deux enfants de deux et sept ans et de leur mère de 29 ans avaient été trouvés sans vie, dimanche 11 septembre, par le compagnon de celle-ci (et père des enfants) dans la baignoire de leur maison d'un lotissement du village de Châtelet-sur-Retourne, à 25 km de Reims.

La thèse du suicide a été qualifiée de "très hautement improbable" par le procureur de la République, qui avait déjà écarté "l'hypothèse accidentelle" au vu des premières constatations relevant "l'absence de vol ou d'effraction". D'après le procureur, "des traces de violences" ont été retrouvées sur le corps de la mère et celui de l'aîné, mais "la cause des décès est celle de la noyade". Des éléments montrent que "les corps ont séjourné plusieurs heures dans l'eau", ce qui laisserait penser que le drame aurait eu lieu dans la soirée du vendredi 9 septembre, a-t-il poursuivi.

Le suspect nie être coupable de ce triple-homicide. La version donnée par le concubin lors de sa garde à vue, disant qu'il avait vu sa femme et ses enfants samedi matin avant de partir travailler, ne semble pas coller avec "les éléments techniques médico-légaux." "L'autopsie laisse penser que la mort est survenue quelques heures après le dîner des défunts", a encore précisé le magistrat.

Agé de 34 ans, cuisinier de profession, Benjamin Burel nie être coupable de ce triple homicide. Il a déjà été condamné pour conduite en état d'ivresse et a reconnu avoir des "accès de violence importants sous l'emprise de l'alcool", a souligné le parquet. L'enquête avait été ouverte pour "homicide volontaire" et "homicide volontaire aggravé sur mineur de moins de 15 ans", deux chefs de mise en examen retenus contre le père de famille, a encore précisé le procureur.