Andy et Erane : des mystères à éclaircir

  • A
  • A
Andy et Erane : des mystères à éclaircir
Il reste encore des interrogations autour de la mort d'Andy et Erane, particulièrement sur le jour-même de leur disparition.@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - De nombreuses questions restent en suspens alors que la piste criminelle est écartée.

Au lendemain de la découverte des corps des deux cousins Andy et Erane, des interrogations demeurent notamment sur l’enquête. Lors de l'autopsie pratiquée mardi, les médecins légistes ont examiné les deux corps et ont conclu à la noyade, sans trace de violences. Si la thèse de l’accident semble la plus probable, des zones d’ombre demeurent. Europe1.fr se penche dessus.

Les enfants ont-ils pu quitter le jardin ? Selon les éléments de l’enquête, Andy et Erane ont échappé samedi entre 17h et 18h à la vigilance des adultes. Mais les experts datent leur décès à la nuit de samedi à dimanche, soit quelques heures après le signalement de leur disparition. Qu’ont fait les enfants durant ce laps de temps ? C’est l’une des principales questions qui demeure.

Selon les premiers résultats des recherches cynophiles, les deux cousins de sept ans auraient pu quitter à pied la maison au sein de laquelle ils ont été vus pour la dernière fois. Des traces suivies par un des sept meilleurs chiens pisteurs en France auraient amené les enquêteurs près d'un collecteur d'eaux usées, dans le vaste bois situé dans une zone mi-résidentielle mi-industrielle en bordure de la rocade, à environ un kilomètre du lieu de leur disparition.

Autre élément qui attesterait la piste d’une sortie des enfants : plusieurs témoins ont dit à la police avoir vu les deux garçonnets à proximité de la maison d'où ils avaient disparu. "On a différents témoignages qui nous les font revenir samedi soir", a déclaré une source proche du dossier. Les enquêteurs tentent donc d'établir un calendrier précis des entrées et sorties de la maison ce soir-là, alors que l'alerte avait déjà été donnée pour tenter de retrouver ces deux cousins de sept ans.

Partis sans se faire remarquer, les enfants ont-ils ensuite pu revenir à la tombée de la nuit avant de tomber dans la piscine, là où leurs corps ont été découverts ? Une chose est sûre : ils n’ont fait aucun bruit. 

Dans quelles conditions sont-ils tombés dans la piscine ? Aucun élément sur les circonstances du drame n’est connu. Une chose est sûre : les enfants sont tombés tout habillés, chaussures aux pieds, puisque c’est ainsi qu’ils ont été découverts mardi dans la piscine. Par ailleurs, le bassin va jusqu’à 2,30 mètres de profondeur, sachant qu’Andy et Erane ne savaient pas nager.

Des analyses de l'eau retrouvée dans leurs poumons sont encore en cours, afin de la comparer avec celle de la piscine et ainsi s'assurer que c'est bien là qu'ils se sont noyés. Si l'eau était d'une autre provenance, cela indiquerait qu'ils se sont noyés ailleurs et relancerait la thèse criminelle. Les résultats devraient toutefois tarder au moins plusieurs jours avant d'être connus. Selon un membre de la famille, au moins une partie de la famille ne veut pas croire à la thèse de la mort accidentelle.

Pourquoi les enfants n’ont pas été découverts plus tôt dans la piscine ? Selon les informations du procureur de la République de Bordeaux, "la piscine apparemment avait été inspectée". Claude Laplaud a évoqué mardi des vérifications visuelles, sans parler de recherches plus poussées. "Des personnes sont venues inspecter la piscine et la maison avec des chiens et des bâtons pour remuer l'eau de la piscine. Mais personne n'a visiblement pensé à la vider", a indiqué un proche de la famille. Ce qu’a regretté également une source policière proche de l’enquête, car c'est "le b.a-ba du métier", selon elle.

Par ailleurs, l'oncle des enfants aurait de son propre chef regardé et sondé la piscine samedi, une fois la disparition signalée. Il aurait indiqué aux enquêteurs qu'il n'y avait rien de suspect.

La piscine n’était pas encore mise en fonctionnement. Le parquet a précisé que "l'eau était particulièrement saumâtre et si les corps s'y trouvaient quand elle a été visitée, on ne pouvait pas les voir". Un plongeur aurait notamment vérifié l’opacité de l’eau une fois les corps découverts, rapporte Sud-Ouest. Il ne distinguait pas sa montre au bout du poignet.