Allemagne : arrêté pour alcoolémie, il avoue un meurtre vieux de 25 ans

  • A
  • A
Allemagne : arrêté pour alcoolémie, il avoue un meurtre vieux de 25 ans
Partagez sur :

La victime, âgée de 38 ans, avait été tuée à son domicile de plusieurs coups de couteau. Le meurtre n'avait jamais été élucidé.

Un Allemand, interpellé après avoir été contrôlé à deux reprises la même nuit en état d'ivresse au volant de sa voiture, a fini par avouer spontanément le meurtre d'une femme il y a 25 ans, ont indiqué jeudi la police et la justice.
Cet homme de 52 ans avait été conduit au poste dans la nuit de jeudi à vendredi dernier après avoir été contrôlé deux fois ivre au volant de son véhicule à Wolfenbüttel, en Basse-Saxe (centre), ont indiqué dans un communiqué commun la police et le parquet de Bonn (ouest).

Des "images de meurtres et de violences" pendant sa puberté. Au commissariat, il a alors spontanément indiqué aux policiers avoir tué une femme en novembre 1991 à Bonn. La victime, âgée de 38 ans, avait été tuée à son domicile de plusieurs coups de couteau. Le meurtre n'avait jamais été élucidé. Le quinquagénaire a expliqué aux enquêteurs qu'il avait eu pendant sa puberté des "images de meurtres et de violences" qui lui venaient à l'esprit et qu'il lui arrivait de se promener avec des menottes et un couteau, selon le communiqué.

Sans perspective d'avenir, il avoue tout. Le jour du meurtre, a-t-il confié, il avait aperçu la trentenaire chez elle et avait alors décidé de passer à l'acte, selon la même source. Il a alors pénétré chez elle et l'a attachée avec ses menottes. Lorsque sa victime s'est mise à crier, il a eu "peur" d'être découvert et lui a porté plusieurs coups de couteau, avant de s'enfuir, la laissant agoniser seule. L'homme n'a en revanche pas pu expliquer clairement pourquoi il avait avoué ce meurtre, 25 ans après les faits, avançant que, après l'épisode de sa conduite en état d'ivresse, il perdrait sans doute son travail et ne se voyait donc plus de "perspectives d'avenir". Il est en détention depuis samedi, selon la police et le parquet, qui estiment que l'homme a dit la vérité.