Air cocaïne : les deux pilotes ont rendez-vous chez le juge

  • A
  • A
Air cocaïne : les deux pilotes ont rendez-vous chez le juge
@ AFP
Partagez sur :

Après une nuit passée sous écrou, Bruno Odos doit être entendu mardi dans le cadre de l'enquête française sur un trafic de stupéfiants international. Pascal Fauret devrait suivre mercredi.

Après leur fuite, voici venu l'heure des auditions pour les deux pilotes français d'Air Cocaïne. Bruno Odos sera le premier à être conduit mardi au palais de justice de Marseille. Il doit y être entendu par la juge d'instruction en charge de cette enquête portant sur un vaste trafic de drogue transatlantique. Ce sera ensuite au tour de Pascal Fauret mercredi. Et ce n'est pas une première : il s'agit en fait de retrouvailles entre les pilotes et la magistrate.

Bruno Odos chez la juge mardi. Ces retrouvailles interviennent deux ans après leur dernière rencontre en République dominicaine. A l'époque, la juge marseillaise avait fait le voyage pour mettre en examen les deux pilotes. Mardi matin, après une courte nuit derrière les barreaux de la maison d'arrêt de Vars, près de Grenoble, en Isère, Bruno Odos va être mis sur le grill par la magistrale. Cette audition pourrait durer : il y a deux ans, les pilotes ne s'étaient guère montrés bavards.

Deux vols suspects et dix valises mystérieuses. La gamme des questions est longue : le dossier Air Cocaïne ne se borne pas aux 680 kilos découverts dans le Falcon 50 arraisonné sur le tarmac de l'aéroport de Punta Cana. Deux autres vols à destination de Saint-Tropez intéressent les enquêteurs. L'un est venu de Quito, en Equateur, mais l'avion était vide. L'autre est en fait chronologiquement le premier des vols en provenance de République dominicaine.

Fin 2012, les deux pilotes et leur passager, Nicolas Pisapia, se posent sur le tarmac de l'aéroport de La Mole-Saint-Tropez. S'ensuit un étrange manège : une dizaine de valises "boueuses", selon l'un des témoins du dossier, chargées dans deux voitures. Nul ne sait de quoi il s'agit. L'un des suspects, aujourd'hui incarcéré, parle d'œuvres d'art. Mais la juge songe à de la drogue : potentiellement, 300 kilos de cocaïne.

Brunos Odos est donc entendu mardi, avant Pascal Fauret mercredi. Deux auditions pour un mystère, avec, à l'issue, le risque d'un placement en détention provisoire pour les deux pilotes français.