Agression Hyatt hôtel : l'enquête relancée

  • A
  • A
Agression Hyatt hôtel : l'enquête relancée
Le suspect n'est plus accepté dans aucun hôtel du groupe.@ Capture d'écran google map
Partagez sur :

Le parquet de Paris devrait rouvrir l'enquête sur l'agression présumée d'une femme de chambre.

La ressemblance avec l'affaire DSK est troublante. Une enquête du parquet de Paris devrait être relancée après une plainte pour agression sexuelle déposée en juillet 2010 par une femme de chambre de l'hôtel Park Hyatt Paris-Vendôme à Paris et visant un membre de l'entourage du prince du Qatar.

Le déroulement de la présumée agression fait penser à une autre affaire. Une femme de ménage guinéenne entre dans une suite, elle vient de faire le lit et se dirige vers la salle de bains. Un homme surgit derrière elle, l'enserre dans ses bras, lui touche la poitrine et ferme la porte à clés.

Le présumé agresseur est un des membres de la famille de l'émir du Qatar, selon les informations d'Europe 1. C'est d'ailleurs d'autres membres de la famille qui mettent fin à l'agression. La hiérarchie de l'hôtel est tout de suite avertie et la jeune femme porte plainte. Problème : la plainte est classée sans suite.

L'agression n'est pas contestée

Pourtant l'hôtel comme la famille reconnaissent les faits. "Nous avons un document à en-tête de l'hôtel Hyatt-Vendome qui s'excuse auprès d'elle en raison de 'l'incident' qui s'est produit et qui dit qu'elle n'acceptera plus la présence de cet homme au sein des hôtels du groupe. Donc l'agression sexuelle n'est pas contestée. Et manifestement elle n'est pas contestée non plus par la famille royale car cette lettre est contresignée par le prince du Qatar", souligne Marilyne Baldec, qui défend la jeune femme au sein d'une association, au micro d'Europe 1.

Sur la chaîne BFMTV, une femme se présentant comme la victime a raconté au téléphone avec force détails les nombreux attouchements dont elle aurait été la victime, accusant un "commissaire" parisien de l'avoir encouragée à "laisser tomber cette affaire", parce que "la personne qui a fait ça est importante". La préfecture de police n'a pas souhaité faire de commentaire.

Entraide judiciaire France-Qatar

Le parquet envisage maintenant de nouvelles investigations, mais les chances d'arrêter le suspect sont très minces car il faudrait passer par une entraide judiciaire entre la France et le Qatar.