Affaire Troadec : où en est l'enquête vendredi ?

  • A
  • A
Affaire Troadec : où en est l'enquête vendredi ?
@ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

Après la découverte de la voiture de Sébastien Troadec jeudi, les recherches se poursuivent, notamment dans le Finistère où les points d'eau sont sondés.

C'est un puzzle macabre qui doit être assemblé par les enquêteurs. Depuis le 16 février, les quatre membre de la famille Troadec n'ont donné aucun signe de vie, et le scénario de leur disparition reste un mystère. Jeudi, la voiture de Sébastien, 21 ans, l'aîné des enfants Troadec, a été retrouvée à Saint-Nazaire, après plusieurs jours de recherches. À Dirinon, dans le Finistère, où des effets personnels de Charlotte Troadec (18 ans) avaient été découverts mercredi, un manuel scolaire au nom du père de famille a été retrouvé. Si les indices s'enchaînent, de très nombreuses questions restent en suspens, et les recherches se poursuivent. Le procureur de Nantes doit tenir une conférence de presse à 17h30, vendredi.

La voiture du fils minutieusement inspectée. Vendredi, la police technique et scientifique continue de passer au crible le véhicule de Sébastien. Aucun élément n'a filtré, de source policière, sur les premières constatations effectuées jeudi sur la Peugeot 308 du jeune homme de 21 ans. Seule information confirmée par le procureur de Nantes, Pierre Sennès : aucun corps n'a été retrouvé dans le véhicule. Toutefois, selon Presse Océanla voiture avait été fraîchement nettoyée à l'extérieur comme à l'intérieur, ce qui n'a pas empêché les experts de relever des traces de sang dans le coffre et sur le dos de la banquette, comme si les sièges avaient été rabattus.

Les recherches en cours à Dirinon. Les recherches se poursuivent vendredi dans les secteurs de Dirinon (Finistère). C'est là qu'un manuel scolaire appartenant au père de la famille a été retrouvé jeudi. Dans le même secteur, une joggeuse était tombée mercredi sur la carte Vitale de Charlotte, glissée dans une poche de pantalon, ainsi que sur une carte bancaire, dont on ignore pour l'instant le nom du détenteur. "L'inspection se poursuit sur le secteur où ont été trouvés ces indices", a indiqué une source proche de l'enquête. "On recontrôle tout, on inspecte tous les fossés, on va plus dans le détail", a ajouté cette source.

Une vingtaine de gendarmes fouillent la zone. Ouest-France rapporte que des plongeurs de la gendarmerie sondent les plans d'eau, et notamment dans un étang privé à proximité du site où les indices ont été trouvés. Pour l'heure, cela n'aurait rien donné, indique Le Télégramme. Vendredi matin, les gendarmes ont également plongé dans la rade de Brest, à Daoulas, une commune qui jouxte Dirinon, rapporte également Ouest-France. La carrière de Dirinon est aussi inspectée.

Après avoir survolé ces derniers jours toutes les côtes proches de Dirinon, les points d'eau, les zones tant boisées que découvertes, "de manière très systématique et fouillée", selon la source proche de l'enquête, l'hélicoptère de la gendarmerie n'a pas été mobilisé vendredi.

La maison d'Orvault passée au crible. Vendredi, un morpho-analyste, chargé d'examiner et de tirer des conclusions des traces de sang, devait inspecter la maison d'Orvault, indique Presse Océan. De nombreuses traces de sang y ont été retrouvées, attestant, selon le procureur, "d'un contexte de violences graves". En analysant les prélèvements sanguins, les experts de la police technique et scientifique ont relevé l'ADN de Pascal et Brigitte, les parents, et de Sébastien, le fils, mais pas celui de Charlotte. 

Si toutes les hypothèses restent ouvertes, les éléments retrouvés à Dirinon laissent certains enquêteurs perplexes. Au point de se demander s'il ne s'agit pas d'un puzzle destiné à "faire diversion"