Affaire Sophie Toscan du Plantier : "un procès en France certainement en 2017"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Invité jeudi d'Europe 1, Pierre-Louis Baudey Vignaud, fils de la productrice de télévision assassinée il y a vingt ans, a expliqué espérer trouver "des réponses" à ce meurtre encore non élucidé.

INTERVIEW

Vingt ans plus tard, la lumière va-t-elle enfin être faite sur l'affaire Sophie Toscan du Plantier ? Le 23 décembre 1996, cette productrice de télévision française avait été retrouvée assassinée dans le jardin de sa maison du comté de Cork, en Irlande. Cet été, un mandat d'arrêt européen a été émis à l'encontre de Ian Bailey, principal suspect du meurtre. Et une ordonnance de renvoi devant la cour d'assises de Paris a également été signée. "Cette mise en accusation nous permet de croire qu'il va y avoir un procès en France, certainement pendant l'année 2017", a expliqué jeudi sur Europe 1 Pierre-Louis Baudey Vignaud, le fils de Sophie Toscan du Plantier.

Un journaliste local mis en accusation. Âgé de 15 ans à l'époque des faits, Pierre-Louis Baudey Vignaud a expliqué s'être "replongé avec un œil le plus objectif possible" dans le dossier du meurtre de sa mère. "Au vu des dizaines d'éléments, le doute de la culpabilité de [Ian Bailey], je ne sais pas si on peut encore l'avoir. Aujourd'hui, il est accusé et nous avons besoin qu'il vienne répondre." Ian Bailey, journaliste local anglais qui vivait tout près de chez Sophie Toscan du Plantier, est soupçonné de l'avoir tuée depuis le début, notamment parce qu'il avait écrit des articles contentant des détails que seuls le meurtrier et la police pouvaient connaître.

"Que justice soit faite". "Depuis environ deux ans, je me mets moi-même en avant pour rechercher la vérité et que justice soit faite", a expliqué Pierre-Louis Baudey Vignaud. "Je n'ai pas un besoin qu'on parle [de cette affaire], mais besoin de pouvoir donner une réponse à ma fille quand elle me posera la question" de ce qui est arrivé à sa grand-mère.