Affaire Modolo : lourdes peines requises

  • A
  • A
Affaire Modolo : lourdes peines requises
@ MAXPPP
Partagez sur :

Pour avoir torturé à mort un jeune homme, la perpétuité a été requise. Verdict attendu jeudi soir.

Ce sont de lourdes peines qui ont été requises mercredi devant les assises des Bouches-du-Rhône à l'encontre des cinq personnes accusées d'avoir torturé à mort William Modolo en mai 2006, dans les environs d'Aix-en-Provence. "Mon drame, c'est que je peux proposer une sanction, mais que je ne peux proposer une logique, il n'y en a fondamentalement pas", a affirmé l'avocat général. Le verdict est attendu jeudi en fin de journée.

De 20 ans à la perpétuité

A l'encontre de Jean-Pierre Planqueel, âgé de 31 ans et considéré comme le chef du petit groupe qui a donné la mort à la victime dans des conditions particulièrement atroces, la peine maximale prévue par le code pénal, soit la réclusion criminelle à perpétuité, a été requise par l'avocat général, assortie d'une période de sûreté de 22 ans.

Pour Franck Julien, 39 ans, l'avocat général a demandé une peine de 30 ans, assortie d'une période de sûreté des deux tiers. Il est accusé de viol, d'actes de torture et de barbarie et de complicité d'assassinat. Pour Arnaud Frapech, 29 ans, qui s'est endormi durant le réquisitoire, et Barbara Jean-Louis, 28 ans, deux des suiveurs du groupe, la même peine de 25 ans a été demandée. Enfin, le magistrat a requis 20 ans de réclusion contre Aurélie Piteux, 24 ans, la plus jeune des accusés et la compagne du chef. Selon l'avocat général, c'est l'incitatrice des violences.

"Un camp de la mort"

L'avocat général a assuré que William Modolo est "mort sans logique", dans "ce petit camp de la mort, en réduction" qu'était le campement, où le petit groupe s'était réuni. S'adressant à la famille, il a déclaré : "Votre fils a été l'épouvantable victime d'un véritable jeu de massacre qui a commencé lorsqu'il a rencontré cette équipe".

Le 22 mai 2006, la police municipale de Saint-Cannat avait découvert le corps dénudé et terriblement mutilé d'un jeune homme, abandonné dans un sous-bois. Il s'agissait de William Modolo. Âgé de 21 ans, il avait été violé, blessé à plusieurs reprises par un instrument "piquant ou tranchant", passé à tabac avec différents objets. Sa peau avait été brûlée à plusieurs endroits et 12 de ses dents avaient été arrachées.