Affaire Le Roux : "On n’y croit pas du tout"

  • A
  • A
Affaire Le Roux : "On n’y croit pas du tout"
@ REUTERS MAX PPP
Partagez sur :

<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT">TEMOIGNAGE E1</CUSTOM> - Le frère d’Agnès Le Roux réagit à la sortie d'un livre sur l'affaire.

Jean-Charles Le Roux, le jeune frère d’Agnès Le Roux, l'héritière du Palais de la Méditerranée disparue en 1977, a réagi vivement vendredi soir sur Europe 1 aux révélations de Jean-Pierre Hernandez, un ancien caïd qui explique un livre qu'il connaît le nom du véritable coupable du meurtre d’Agnès Le Roux.

"Il n’y a aucune preuve"

Maurice Agnelet, avocat et amant, à l'époque, d’Agnès Le Roux, a été condamné fin 2008 à 20 ans de prison après avoir été acquitté en première instance. Mais, l’ancien truand, Jean-Pierre Hernandez, affirme aujourd'hui dans un livre que Maurice Agnelet n'est pas l'assassin. Le caïd marseillais explique dans Confessions d’un caïd, qu'il connaît le nom du véritable coupable. Selon lui, il s’agit d’un de ses amis du grand banditisme, Jeannot Lucchesi. Ce dernier lui aurait fait des confidences, juste avant de mourir suite à une opération du cœur, en 1987.

"On n’y croit pas du tout (…) Ce livre est vide et cet homme se fait finalement une bonne publicité", a estimé le frère de la jeune femme disparue. "Je suis assez surpris d’un truand qui tout d’un coup à des états d’âme de justicier alors qu’il a défié la justice toute sa vie. Il n’y a aucune preuve, il n’y a rien du tout. C’est juste une opération de communication. C’est un scandale dégoûtant", a-t-il asséné.

Une "stratégie Maurice Agnelet"

"Pour moi, ça fait partie de la stratégie habituelle de Maurice Agnelet et de ses avocats. On n’a jamais retrouvé le corps d’Agnès donc ils se servent de cela pour lancer des pistes alternatives et pour jouer sur le doute", a estimé Jean-Charles Le Roux. "Je trouve ça un peu répugnant de faire de la publicité pour un livre sur la mort de ma sœur", a-t-il conclu, ne s’opposant cependant pas à ce que la justice continue d’enquêter sur ce dossier.

L’avocat de Maurice Agnelet a indiqué qu’il entendait déposer un recours en révision devant la Cour de cassation : "il s’agit là de révélations tout à fait substantielles, qui justifient pleinement que j’engage un nouveau recours", a-t-il expliqué.