Affaire Laëtitia : "je n’arrive pas à réaliser"

  • A
  • A
Affaire Laëtitia : "je n’arrive pas à réaliser"
C'est la consternation à la Bernerie-en-Retz, ce petit village de Loire-Atlantique où vivait Gilles Patron.@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - C’est la stupéfaction près de Pornic, après la mise en examen de Gilles Patron.

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe à la Bernerie-en-Retz, ce petit village de Loire-Atlantique où vivait Laëtitia. Gilles patron, le père d’accueil de la jeune fille assassinée par Tony Meilhon en début d’année, a été mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur Jessica, la sœur jumelle de celle-ci. Il est également poursuivi pour agressions sexuelles sur deux amies de la jeune femme. Pour les habitants de la région, c’est le drame de trop.

Quelqu’un de "bien, respectueux"

Déjà meurtri par le drame de Laëtitia, Alain Larcher, l’oncle des jumelles, n’en revient pas. "Je n’arrive toujours pas à réaliser. Un personnage bien, respectueux. On a été chez eux, on a été superbement accueillis. (…) On tombe carrément sur le derrière", a-t-il confié à Europe 1.

"Je suis sans voix" :

Pour l'oncle des jumelles, Gilles Patron, qui parle de relations consenties, reste inexcusable. "On ne peut pas avoir de relation fusionnelle, amoureuse avec une mineure. (…) Une mineure n’a aucun pouvoir sur un personnage comme ça", s’est indigné Alain Larcher.

Des voisins consternés

"Après cette histoire, en rajouter ça suffit. Je trouve que c’est tellement horrible. On en a eu assez. Qu’on arrête, c’est odieux", s’indigne une mère de famille, interrogée par Europe 1.

Cachés derrière les rideaux de leur cuisine, Jean-Claude et Thérèse sont quant à eux un peu méfiants. Depuis l’affaire Laëtitia, ils n’ouvrent plus leur porte facilement aux journalistes. "Je suis complètement abasourdi (…). C’était quelqu’un de bien quand même. (…) On l’entendait, et pour lui les violeurs, il fallait tous les emprisonner. Alors, voyez, il a bien changé", lâche Jean-Claude, choqué par ces nouvelles révélations

Aujourd’hui encore, tout le quartier se souvient des déclarations de Gilles Patron, il y a quelques mois, à la télévision. "Ne remettez pas en liberté les criminels sexuels récidivistes. Vous savez qu’ils recommenceront. Faîtes appliquer la peine maximum, pour qu’il n’y ait plus d’affaire Laëtitia", avait-il dit.

Assistant familial, Gilles Patron avait accueilli Laëtitia et Jessica Perrais il y a six ans. Le conseil général de Loire-Atlantique a annoncé jeudi avoir décidé de lui retirer "immédiatement" l'agrément de famille d'accueil.