Affaire Grégory : un malaise de Murielle Bolle retarde son audition par la juge

  • A
  • A
Affaire Grégory : un malaise de Murielle Bolle retarde son audition par la juge
La suspecte a quitté la cour d'appel dans une ambulance des pompiers vers 13h30 jeudi. Son malaise va retarder sa présentation devant la juge.
Partagez sur :

La belle-sœur de Bernard Laroche a fait un malaise avant d'être entendue par la juge chargée de l'affaire Grégory. Elle a été prise en charge par les pompiers.

Murielle Bolle, 48 ans, transférée jeudi à Dijon au terme de sa garde à vue, a fait un malaise peu après son arrivée à la cour d'appel, ce qui a retardé son audition par la juge chargée de l'affaire Grégory, a-t-on appris de source proche du dossier.

Elle quitte la Cour d'appel en ambulance. Vers 13h30, la suspecte a quitté la cour d'appel dans une ambulance des pompiers et a été hospitalisée. Son audition devait être reportée à 19h jeudi mais selon nos informations la cour d'appel attendait toujours les résultats médicaux de Murielle Bolle pour trancher et décider de la présenter à la juge d'instruction jeudi soir ou vendredi matin. 

Arrêtée à son domicile dans les Vosges mercredi, elle avait été entendue par les gendarmes jusqu'à jeudi matin avant son transfert à Dijon. La présidente de la chambre de l'instruction de la cour d'appel, Claire Barbier, pourrait mettre en examen, placer sous le statut de témoin assisté ou remettre en liberté celle qui, adolescente, avait livré fin 1984 un témoignage accablant son beau-frère Bernard Laroche, inculpé sans attendre.

Défèrement deux semaines après les époux Jacob. Sa rétractation éclair avait conduit à la libération, début 1985, de ce dernier, tué peu après par son cousin Jean-Marie Villemin, le père de Grégory. Le défèrement de Murielle Bolle intervient moins de deux semaines après la mise en examen de Marcel et Jacqueline Jacob, un grand-oncle et une grand-tante de l'enfant qui étaient proches de Bernard Laroche, pour enlèvement et séquestration suivie de mort.