Accident de scooter : garde à vue prolongée

  • A
  • A
Accident de scooter : garde à vue prolongée
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Un bus a renversé le conducteur d'un deux-roues à Lyon. Le chauffeur nie fermement. 

L'accident a eu lieu samedi en plein milieu de l'après-midi sur la place Bellecour, à Lyon. Un jeune homme qui circulait en scooter a été écrasé par un bus qui a poursuivi sa route, devant des passants horrifiés. Le conducteur du véhicule du réseau des transports en commun lyonnais (TCL) affirme ne s'être aperçu de rien. Il a été placé en garde à vue dimanche, et celle-ci a été prolongée lundi. Il devrait être déféré au parquet mardi.

"Il dit qu'il se serait arrêté"

Les policiers, qui avaient ciblé cinq bus, ont pu identifier ce chauffeur de bus à force de recoupements, de témoignages et à l'aide de balises GPS. Tout l'enjeu pour la police est désormais de savoir si le conducteur s'est rendu compte de l'accident.

Le chauffeur nie quant à lui : "Il dit qu'il ne s'est aperçu de rien, que personne dans le bus n'a rien dit, et que personne ne s'est opposé à ce qu'il continue sa route", selon une source proche de l'enquête. L'homme, selon cette source, "dit qu'il n'a rien à se reprocher et qu'il se serait arrêté" s'il s'était rendu compte de quelque chose.

Victime d'un double accident

Retour sur les faits : Florian, un habitant de Villeurbanne âgé de 19 ans, circulait en scooter samedi dans le centre-ville de Lyon, près de la place Bellecour, lorsqu'il a perdu le contrôle de son véhicule. Il aurait, croient savoir les enquêteurs, chuté sur une voie de bus en tentant d'éviter une voiture.

Un bus en accordéon, d'une longueur de 18 mètres et d'un poids de 15 tonnes, était déjà en partie passé sur la voie de bus à ce moment. Cela pourrait expliquer l'absence de réaction du conducteur du bus.

Les conducteurs ont "l'habitude de rouler sur des aspérités"

"Un conducteur a l'habitude de passer sur des trous, de rouler sur des aspérités", explique Laurent Sénigout, directeur d'exploitation de la compagnie TCL, au micro d'Europe 1. "Il peut y avoir tout un tas de choses, notamment sur un long véhicule, avec une remorque qui bouge beaucoup", ajoute-t-il.

Pour Laurent Sénigout, "la question est de savoir où est l'attention du conducteur à l'instant où ça se passe". "Si un piéton traverse à ce moment, l'attention du conducteur va être mobilisée sur ce piéton et il ne va pas forcément voir ce qui se passe à l'arrière", précise-t-il. Selon le directeur d'exploitation de la compagnie TCL, il existe d'ailleurs un certain nombre de précédents où les chauffeurs ne se sont pas aperçus d'un accident.

Une passagère du bus qui se souvient d'un choc particulier est allé témoigner devant la police. On ignore à quelle place elle se trouvait dans le véhicule.