Accident d’hélico en Gironde : l’erreur humaine privilégiée

  • A
  • A
Accident d’hélico en Gironde : l’erreur humaine privilégiée
@ AFP
Partagez sur :

Fin 2013, un milliardaire chinois et l’ex-propriétaire d’un domaine viticole qu’il venait d’acquérir sont morts dans le crash de leur hélico dans la Dordogne.

Le 20 décembre 2013, l’hélicoptère s’était abimé dans la rivière Dordogne. Bilan : quatre morts, dont James Grégoire, qui se trouvait aux commandes, et Lam Kok, un milliardaire chinois. Le premier venait de vendre au second le Château de la Rivière, en Gironde, et son domaine de viticole de Fonsac. Plus d’un an après le drame, le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) pour la Sécurité de l'Aviation civile, livre son rapport. Selon l’organisme, la piste d’une erreur humaine est à privilégier dans ce cas précis, révèle Sud Ouest.

>> LIRE AUSSI - Crash d'hélicoptère : le château de la Rivière est-il maudit ?

L’appareil a volé au ras de l’eau avant de s’abîmer. Selon les conclusions de ce rapport, des témoins racontent que l’appareil descend pour voler au ras de l’eau peu avant le crash. L’enquête du BEA démontre que l’hélico a heurté la surface de l’eau avec sa partie arrière, puis a ensuite basculé vers l'avant. Le moteur n’a pas subi, quant à lui, d’anomalie avant cette collision. De même l’hypothèse d’une panne d’essence qui fut un temps évoqué, est balayée : "le voyant de bas niveau était éteint à l'impact". La piste de l’erreur technique est donc à écarter selon le Bureau. En revanche, celle de l’erreur humaine est autrement plus envisageable.

Une erreur humaine, trois facteurs. "L'accident est probablement dû à la décision d'entreprendre et de poursuivre un vol à très faible hauteur au-dessus de l'eau", écrivent les enquêteurs en conclusion. Ces derniers avancent trois facteurs allant dans ce sens : la difficulté d’apprécier son altitude au-dessus d'une étendue d'eau ; la gêne que représente le soleil "face au pilote et bas sur l'horizon" ainsi que  "l'ambiance de la journée qui a pu inciter le pilote à improviser des évolutions". Ce rapport d’enquête du BEA vise simplement à tirer les conclusions de cet accident afin d’améliorer la sécurité des passagers et équipages en vol. Une enquête judiciaire reste en cours.

>> LIRE AUSSI - Crash d’un hélicoptère : un mort, trois disparus