Innocenté après 13 ans de prison: "l'honneur de la justice est en jeu"

  • A
  • A
Innocenté après 13 ans de prison: "l'honneur de la justice est en jeu"
@ AFP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Abderrahim El Jabri, innocenté après 13 ans derrière les barreaux, laisse échapper sa colère à l'idée que l'Etat puisse refuser de l'indemniser. 

“On essaye de me rendre fou”. Adberrahim El Jabri est un homme abattu mais c’est la colère qui prend le dessus. Emprisonné pendant 13 ans pour un meurtre qu'il n'a pas commis, l’ancien détenu a été complètement blanchi l'an dernier. Il demande aujourd’hui trois millions d’euros de préjudice à l’Etat. C’est là que son histoire bascule dans un roman digne de Kafka. L’avocat de l’Etat pourrait refuser de l’indemniser. Motif : les documents qui prouvent son passage en prison n’ont pas été numérisés. Il n’y a donc pas de preuve officielle de ses 13 ans derrière les barreaux. 

>> Ecoutez Abderrahim El Jabri au micro d'Europe 1 : 



Abderrahim El Jabri : "on essaye de me rendre fou"par Europe1fr

>> LIRE AUSSI - Emprisonné 13 ans… L’Etat ne trouve pas de trace de sa détention 

“Ça veut dire que je n’existe pas”. Au micro d’Europe 1, Adberrahim El Jabri fulmine : "ça veut dire que je n’existe pas, tout simplement. Peut-être que l’on essaye de me rendre fou finalement". L’homme ne comprend pas qu’après avoir passé des années à prouver son innocence, il doit maintenant prouver son incarcération. "Apprenez à lire les dossiers et arrêtez d’insulter, parce que c’est une insulte", lance-t-il à l’adresse de ceux qui lui refusent l’indemnisation. 

>> LIRE AUSSI - Quand la justice condamne à tort

“L’honneur de la justice en jeu”. Celui qui dit vivre "un cauchemar" depuis 18 ans explique que "c’est l’honneur de la justice qui est en jeu" dans cette affaire. Adberrahim El Jabri interpelle ainsi la ministre de la Justice : "je demande à madame Taubira si cet agent judiciaire existe vraiment, s’il n’est pas un imposteur". "Il faut que l’on m’explique pourquoi des gens si incompétents travaillent dans la justice et se moquent de la vie des gens parce que c’est un peu le cas", conclut-il.