A13 : les deux suspects écroués

  • A
  • A
A13 : les deux suspects écroués
@ GOOGLE MAPS
Partagez sur :

L’un des deux suspects serait impliqué dans la rixe. 7 personnes ont déjà été mises en examen.

Deux jeunes hommes de 23 ans, soupçonnés d'avoir participé à la rixe au cours de laquelle Mohammed, un automobiliste partant en vacances, avait été tué sur l'autoroute A13 dans les Yvelines, ont été mis en examen samedi à Versailles et écroués. Ils sont mis en cause pour "meurtre" et "violences volontaires".

Au cours de leur garde à vue, les deux jeunes ont reconnu avoir été là, près des Mureaux, dans la nuit du 26 au 27 juin. Mais ils ont assuré ne pas avoir participé à la bagarre. "L'un d'entre eux semble avoir eu une part plus active que l'autre dans la rixe mais tout reste encore à éclaircir", a indiqué une source judiciaire. Tous deux se trouvaient à l’étranger. Ils sont rentrés en France mercredi et se sont rendus d’eux-mêmes vendredi à la Sûreté départementale des Yvelines. Ils ont été déférés samedi devant un juge à Versailles.

Déjà sept mises en examen

Avec leur incarcération, cela porte à neuf le nombre de personnes mises en examen et placées en détention provisoire dans cette affaire. Sept personnes ont déjà été mises en examen et écrouées. Cinq d'entre elles sont poursuivies pour "meurtre", les deux autres pour "complicité de meurtre". Reste qu'une dixième personne est encore recherchée.

Parmi les suspects, se trouve la conductrice de la voiture rentrée en collision avec celle de la victime. Cette jeune femme de 20 ans conduisait la Clio à l’origine du banal accident avec le véhicule conduit par la victime. C'est au moment d’établir le constat que le ton était monté. Et que les choses ont dégénéré.

Le petit ami de la conductrice, également incarcéré, aurait appelé en renfort "un ami". Une dizaine de personnes, vivant aux Mureaux, seraient alors arrivées et une bagarre aurait éclaté.

"Ils [étaient] venus pour faire la guerre", a raconté sur Europe 1 Nabil, le frère de Mohammed. Le procureur a parlé de son côté de "faits d'une gravité exceptionnelle".