A Lille, un drame conjugal aurait pu être évité

  • A
  • A
A Lille, un drame conjugal aurait pu être évité
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Selon les voisins, la jeune femme qui s'est défenestrée avait appelé la police à l'aide plusieurs fois.

REPORTAGE

Les langues se délient après la mort d'une femme marocaine de 28 ans, le week-end dernier à Lille. Les voisins ont commencé à parler et, selon plusieurs témoignages, la jeune femme, enceinte et en instance de divorce, ne se serait pas suicidée comme cela avait été évoqué dans un premier temps. Le mari, connu pour des faits de violences, vient d'être mis en examen et placé en détention.

"Ils vont me tuer, ils vont me tuer, appelle la police !" Dans l'appartement des voisins, des mères de famille défilent pour signer la pétition réclamant "justice pour Touria". Tout le monde, ici, savait que cette maman de deux enfants était battue par son mari. La veille du drame, une voisine avait croisé la jeune femme, terrorisée par son époux, qui avait décidé d'installer sa maitresse chez lui : "elle m'a pris par les vêtements en me disant 'ils vont me tuer, ils vont me tuer, appelle la police !' Ils l'ont prise et ils l'ont redéposée chez elle. C'est choquant !", raconte cette femme au micro d'Europe 1.

"Cette dame, elle lançait des appels au secours". Quand Touria est tombée du deuxième étage, c'est Mohammed qui a tenté de lui porter secours. Et selon lui, le drame était prévisible : "on est bouleversé par ce qui arrive. Cette dame, elle lançait des appels au secours, elle a été plusieurs fois à la police et, sincèrement, elle n'a pas été entendue. Sinon, elle serait encore vivante… On se sent tous un peu coupables."

"J'aurai pu être aidée encore plus par la police". Présidente d'une association, Fatia avait tenté de placer Touria dans un foyer pour femmes battues, sans succès, faute de place disponible. Et elle aussi culpabilise : "j'ai fait ce que j'ai pu, mais j'aurais pu être aidée encore plus par la police. La police aurait fait un petit geste d'accompagnement, lui aurait glissé un avertissement 'attention monsieur, on sait que vous la maltraitez, il ne doit rien lui arriver'. Juste un petit mot de l'autorité… Cela fait mal au cœur".

Placé en détention pour homicide volontaire, le mari violent affirme que sa femme s'est suicidée. Une version qui scandalise un peu plus les proches de Touria, qui n'en croient pas un mot.