A 2 ans, il meurt étranglé à la crèche

  • A
  • A
A 2 ans, il meurt étranglé à la crèche
@ GOOGLE MAPS
Partagez sur :

Le bébé s’est coincé la tête entre les barreaux d’une barrière de protection, par accident.

C’est "un accident. Horrible, mais imprévisible". La directrice de L’œuvre des crèches, une association niçoise qui gère cinq crèches de la ville, est sous le choc après la mort d’un enfant de 27 mois au sein de l’un de ses établissements. Le bébé a succombé à ses blessures, trois jours après s’être coincé la tête entre les barreaux d’une barrière de protection extérieure.

Une enquête interne au sein de la crèche Rose-de-France a abouti à la conclusion que le petit garçon s’est coincé la tête "dans la barrière en bois pourtant homologuée par les médecins de la PMI (Protection maternelle et infantile, dépendant du conseil général) entourant une partie du jardin" de la crèche, a précisé la responsable Gabrielle Fiorio. Et l’enfant "n'a été bousculé ni par d'autres enfants - qui n'ont d'ailleurs pas été témoins de ce qui s'est passé -, ni par un adulte", a-t-elle ajouté.

Il était inconscient à l'arrivée des secours

Inconscient, l'enfant a été pris en charge par le personnel qui surveillait le jardinet. Le 23 novembre après-midi, 22 enfants âgés de deux à trois ans au moment des faits étaient présents dans le jardin. Ils étaient surveillés par cinq personnes. Les gestes de premiers secours ont été prodigués jusqu'à l'arrivée des pompiers et du Smur. Toujours inconscient à l'arrivée des secours, le petit garçon a été transporté à l'hôpital de Lenval où il a été admis en réanimation. Il a succombé à ses blessures le 26 novembre.

Au sein de la crèche, qui compte 80 berceaux et emploie une trentaine de salariés, une cellule d'aide psychologique d'urgence a été mise en place pour le personnel et les parents qui en éprouveraient le besoin. "Le choc émotionnel est énorme, mais la crèche reste ouverte même si c'est difficile pour l'ensemble de l'équipe", a souligné Gabrielle Fiorio. Elle a précisé que les établissements gérés par l'association n'avaient "jamais connu de problèmes (de ce type) auparavant".

Une enquête policière, confiée à la brigade des mineurs, est également "en cours".