Gard : 80 personnes impliqués dans une bagarre dans une petite ville

  • A
  • A
Gard : 80 personnes impliqués dans une bagarre dans une petite ville
@ MAXPPP
Partagez sur :

A Roquemaure, une violente rixe a éclaté samedi soir. 8 personnes ont été blessées, dont une plus gravement.

L'INFO. Une violente rixe a opposé samedi soir deux bandes rivales, composées au total d'environ 80 personnes, dans les rues de la petite ville de Roquemaure (environ 5.500 habitants) dans le Gard, a-t-on appris auprès de la préfecture.

"L'altercation avait un motif privé, sans doute futile, survenu la veille, et qui s'est converti le lendemain (samedi, ndlr/) par un affrontement entre des habitants de Roquemaure et d'autres du Vaucluse, sans doute d'Orange", à une dizaine de kilomètres, a-t-on précisé de même source, confirmant des informations du Midi Libre. Les affrontements entre les deux bandes rivales - composées chacune d'environ 40 personnes - ont fait au total 8 blessés, dont une personne plus gravement atteinte, mais dont le pronostic vital n'était pas engagé, a-t-on ajouté. 

Tout aurait commencé par des insultes. Selon un témoin, qui a voulu gardé l'anonymat, une jeune fille de Roquemaure a été "violemment insultée" par un jeune venu du quartier de Fourche Vielle, à Orange. A la suite de l'altercation verbale, une quarantaine de jeunes sont ensuite venus d'Orange munis de "battes et d'au moins un fusil". Deux coups de feu ont alors été tirés en l'air à proximité des gendarmes, selon ce témoin. Une trentaine de jeunes de Roquemaure ont alors poursuivis les jeunes d'Orange, qui circulaient en voiture, endommageant "quatre voitures", a précisé le témoin qui s'attendait dimanche "à des représailles".

Aucune douille retrouvée sur place. Des barres de fer et des armes blanches ont été utilisées au cours de la rixe, et des témoins ont rapporté avoir entendu un coup de feu, même si aucune douille n'a ensuite été retrouvée, et qu'aucune personne n'a été blessée par balle, a-t-on encore poursuivi de même source. Deux véhicules garés au centre-ville ont été renversés, "les autres véhicules appartenaient aux belligérants", a précisé la préfecture.

Les affrontements ont débuté vers 19h et les gendarmes avaient ramené le calme vers 23h, avant de laisser en place un dispositif au cours de la nuit. Aucune interpellation n'avait eu lieu samedi soir, mais une enquête a été ouverte.