Sept ans de prison pour des viols d'adolescentes rencontrées sur Facebook

  • A
  • A
Sept ans de prison pour des viols d'adolescentes rencontrées sur Facebook
Condamné à sept ans de prison, l'accusé devra également faire l'objet d'un suivi socio-judiciaire pendant quatre années supplémentaires.@ DAMIEN MEYER / AFP
5 partages

Entre 2009 et 2012, l'accusé, âgé de 21 ans, s'est servi du célèbre réseau social pour piéger six jeunes filles. 

Un jeune homme de 21 ans a été condamné ce vendredi à sept ans de prison ferme pour viols et tentatives de viol, sur six adolescentes rencontrées sur Internet, par la cour d'assises pour mineurs de Seine-Saint-Denis.

Un suivi socio-judiciaire. Lui-même mineur au moment de la majorité des faits, l'accusé, qui dispose de quinze jours pour faire appel, a déjà purgé trois ans de détention provisoire. Il devra également faire l'objet d'un suivi socio-judiciaire pendant quatre années supplémentaires, suivre un traitement médical et sera inscrit au fichier national des auteurs d'agressions sexuelles. L'avocat général avait requis huit ans d'emprisonnement.

Des SMS au contenu très cru. Scolarisé à Bondy, en Seine-Saint-Denis, à l'époque de faits, qui se sont déroulés entre 2009 et 2012, le jeune homme contactait sur Facebook ses futures victimes, plus jeunes de trois à quatre ans et également originaires des quartiers populaires du nord-est de l’Île-de-France. Après des échanges de "chat" et de SMS au contenu très cru, il insistait afin d'obtenir des rendez-vous lors desquels il passait à l'acte. L'enquête décrira le rapport très frustre de l'adolescent au sexe opposé.

La peur du qu'en-dira-t-on. Une première plainte déposée en juillet 2011 avait été classée sans suite. La police a fait par la suite le rapprochement avec deux autres plaintes, conduisant à la mise en examen du jeune homme en mai 2012 et à son placement sous contrôle judiciaire. Il sera finalement incarcéré dix mois plus tard après la découverte de trois autres victimes présumées, au terme d'une enquête compliquée, compte tenu de la crainte chez les adolescentes des reproches de leurs parents et du qu'en-dira-t-on dans leurs quartiers.