650 kg de shit et des caïds

  • A
  • A
650 kg de shit et des caïds
Les policiers ont découvert 650kg de cannabis dans le coffre de la voiture.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les policiers ont intercepté un convoi de go fast qui remontait une cargaison depuis l'Espagne.

Ils auraient pu passer pour des vacanciers qui rentraient de leur villégiature en Espagne, avec la galerie sur le toit de leur break de grosse cylindrée. Mais les deux hommes, arrêtés jeudi matin sur l'autoroute A7 à hauteur de Valence, étaient en fait des trafiquants de drogue en pleine opération "go fast", rapporte jeudi Le Dauphiné Libéré.

Deux complices, qui circulaient à bord d'une voiture plus légère pour leur ouvrir la route, ont également été interpellés. Parmi eux, un ancien détenu qui avait fait parler de lui lors d'une évasion spectaculaire en 2005, avant d'être repris quelques mois plus tard. Mais aussi un prisonnier qui s'était évadé d'une prison suisse le 23 mai dernier, révèle vendredi Le Dauphiné.

Demi-tour sur l'autoroute

L'Audi RS4 des malfaiteurs a été interceptée vers 8h30 au niveau du péage de sortie de l'A7 à Valence. Dans une tentative désespérée d'échapper aux policiers du Raid et de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Lyon, le conducteur a fait demi-tour et tenté de reprendre l'autoroute à contre-sens.

Les policiers n'ont alors pas hésité à tirer dans la vitre arrière de la voiture une cartouche qui a libéré de la poudre blanche, aveuglant ainsi les passagers. Ils ont ensuite pu arrêter la voiture, après qu'elle a tout de même percuté deux véhicules qui arrivaient au péage. A bord de cette berline allemande, les policiers ont découvert pas moins de 650 kilos de résine de cannabis - pour une valeur d'au moins 1,2 million d'euros à la revente.

Un gros bonnet du trafic de drogue arrêté

Au même moment, la Citroën C4 qui ouvrait le convoi quelques kilomètres devant était aussi arrêtée. A son bord, deux hommes dont l'un a particulièrement intéressé les enquêteurs. D'après les informations du Progrès, il s'agirait de Mohammed Bessame, l'une des figures du banditisme grenoblois.

Ce caïd de 36 ans, craint des services de police, serait le cerveau de cette opération. Selon un policier, Bessame "est considéré au niveau national dans le top 5 des gros trafiquants. Ce n'est pas un enfant de coeur". Mohammed Bessame avait d'ailleurs fait parler de lui en 2005, lorsqu'il s'était évadé par hélicoptère de la prison  d'Aiton, en Savoie.

Les quatre hommes ont été placés jeudi en garde à vue à Grenoble. Ils peuvent être interrogés pendant 96 heures au maximum. Ces interpellations achèvent avec succès une enquête au long cours de la PJ lyonnaise, qui a pourtant refusé de communiquer : c'est devenu une habitude depuis l'affaire Neyret.