58 kg d'héroïne saisis en Franche-Comté

  • A
  • A
58 kg d'héroïne saisis en Franche-Comté
La police a réalisé "l'une des plus grosses prises d'héroïne au niveau national ces dernières années" en mars, a-t-on appris jeudi. @ SYLVAIN THOMAS / AFP
Partagez sur :

Un important trafic de stupéfiants a été démantelé en mars en Franche-Comté : 58 kg d'héroïne ont été saisis et sept personnes mises en examen, a-t-on appris jeudi de source policière.

Un important trafic de stupéfiants a été démantelé en mars en Franche-Comté : 58 kg d'héroïne ont été saisis et sept personnes ont été mises en examen, a-t-on appris jeudi de source policière.

Une vingtaine de personnes impliquées. "C'est l'une des plus grosses prises d'héroïne au niveau national ces dernières années", a déclaré à l'AFP Régis Millet, commandant de la police judiciaire de Besançon, en charge de l'enquête. Ce réseau de trafiquants basé à Montbéliard, dans le Doubs, qui s'alimentait aux Pays-Bas et revendait de l'héroïne sur l'ensemble de la Franche-Comté, était composé d'une vingtaine de personnes. A ce stade de l'enquête, sept suspects âgés d'une trentaine d'années ont été mis en examen pour importation et trafic de stupéfiants, blanchiment d'argent et non-justification de ressources. Cinq d'entre eux ont été écroués.

1,5 million d'euros de valeur marchande. Quelque 58 kilos d'héroïne, dont 5 kilos d'héroïne pure et 53 kilos d'héroïne de coupe, ont été saisis le 2 novembre 2015 à Montbéliard dans un appartement transformé en laboratoire de coupe et de conditionnement de la drogue, a indiqué le commandant de la PJ. La valeur marchande du produit est estimée à environ 1,5 million d'euros, selon les enquêteurs. L'occupant de l'appartement, un homme de 30 ans chargé de confectionner les pains d'héroïne, avait tenté de s'enfuir en sautant de la fenêtre du deuxième étage. Mais il s'était cassé la jambe et avait été interpellé dans la foulée.

"Un grand train de vie". Des masques, un malaxeur ou encore une presse hydraulique utilisée pour confectionner les pains d'héroïne ont également été retrouvés dans l'appartement-laboratoire. Les trafiquants, déjà connus des services de police, "menaient un très grand train de vie avec de beaux logements bien meublés, de belles voitures et de nombreux voyages", a précisé le commandant Millet.