4 Français tués dans un crash d’hélicoptère

  • A
  • A
4 Français tués dans un crash d’hélicoptère
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’appareil s’est crashé en Antarctique, alors qu’il ravitaillait une base en Terre Adélie.

Quatre Français ont été tués dans le crash sur la banquise d'un hélicoptère utilisé pour ravitailler une base scientifique en Terre Adélie, et l'enquête s'annonce délicate pour éclaircir les causes du drame, survenu dans des conditions météo extrêmes.

Aucun des quatre passagers à bord de l'appareil, un Ecureuil AS-350, n'a survécu. A la faveur d'"une fenêtre météo favorable", un autre hélicoptère avec à son bord un médecin et un secouriste a pu se rendre sur les lieux du crash et rapatrier les quatre corps sur la base de Dumont d'Urville, où une chapelle ardente a été installée, a précisé l'administration des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf).

Un accident découvert par hasard

Trois corps avaient été aperçus par un avion australien vendredi, gisant sur la banquise, à proximité des débris de l'hélicoptère, "éparpillés sur 150 mètres", ce qui laissait peu d'espoir de retrouver vivant le quatrième occupant, en raison d'une très mauvaise météo.

Les victimes, quatre hommes, sont deux techniciens de l'Institut polaire français Paul-Emile Victor (Ipev), qui gère la base, le mécanicien et le pilote de l'appareil, a ajouté cette administration ayant autorité sur la Terre Adélie et les îles australes (Crozet, Kerguelen, etc.).

L’enquête s’annonce difficile

L'hélicoptère avait disparu jeudi alors qu'il emmenait vers la base Dumont d'Urville une première équipe qui devait prendre la relève du personnel sur place. L'appareil avait décollé de l'Astrolabe, le navire de l'Ipev, bloqué dans les glaces et qui effectuait à partir d'Hobart en Tasmanie (Australie) une de ses cinq missions de ravitaillement annuelles, la dernière remontant à mars, a indiqué à l'AFP à La Réunion le préfet des Taaf, Rollon Mouchel-Blaisot.

Un deuxième hélicoptère basé sur le navire avait tenté, en vain, de retrouver la trace de l'appareil. "L'enquête sur les causes de l'accident sera difficile et délicate" a déclaré M. Mouchel-Blaisot. "Les pilotes embarqués sur l'Astrolabe sont habitués à travailler dans des conditions extrêmes", a encore dit le préfet des Taaf. Le dernier accident d'hélicoptère en Terre Adélie remonte à 1999 et avait fait trois victimes.