2.000 personnes réunies pour Laëtitia

  • A
  • A
2.000 personnes réunies pour Laëtitia
Une première marche silencieuse en l'honneur de la jeune femme avait eu lieu le 24 janvier dernier.@ Maxppp
Partagez sur :

Une marche silencieuse était organisée samedi, en mémoire de Laëtitia, disparue il y a dix jours.

Une marche blanche à la mémoire de Laëtitia s'est déroulée samedi après-midi à Bernerie-en-Retz, près de Pornic.Quelque 2.000 personnes ont refait le parcours effectuée par la jeune fille le soir du drame, le 18 janvier.

Parmi les participants, la famille d'accueil de Laëtitia, sa sœur jumelle, ses parents biologiques, ainsi que le président du conseil général de Loire-Atlantique, Patrick Mareschal. Une banderole portant l'inscription "Laëtitia, pour toi nous sommes là", était visible en tête de cortège, tenue par des jeunes gens portant des tee-shirts floqués de la photo de la disparue, avec la légende "innocente victime, nous t'aimons".

"Ton calvaire sera le nôtre"

"A quelques mètres de ta maison, ta vie a basculé, ton calvaire (...) sera maintenant le nôtre. Nous te promettons de ne pas lâcher notre combat, nous t'aimons", a déclaré le père de la famille d'accueil de Laëtitia, Gilles Patron, très ému sur le perron de la mairie.

"C'est très dur de se retenir de pleurer dans ces moments là. (...) Au bout d'un moment, on craque. Je l'aime de tout mon cœur", a confié Kevin, le petit ami de la victime, au micro d'Europe1.

Cette marche fait suite à l'inauguration dans la matinée d'"un lieu de recueillement" dans l'ancienne chapelle de l'hôpital de Pornic. Sur la façade du bâtiment, une grande photo de la disparue avait été accrochée. Les proches de Laëtitia se sont recueillis à l'intérieur et ont déposé des fleurs, en majorité blanches, au pied d'une autre grand portrait de la jeune fille.

Des instruments de découpe retrouvés

Laëtitia a disparu après avoir quitté son service dans un hôtel restaurant de la Bernerie, le 18 janvier au soir. Tony Meilhon, le principal suspect, aperçu plusieurs fois avec la jeune fille, a été mis en examen pour enlèvement suivi de mort.

Selon les informations recueillies par Europe 1, les enquêteurs ont découvert sous un tas de cendres, quatre petites pièces métalliques ayant appartenu à la jeune fille, parmi lesquelles une boucle d’oreille et une boucle de ceinture. Ils ont aussi retrouvé les restes d’instruments de découpe. Tous ces éléments conduisent les gendarmes à s’orienter vers la recherche d’un corps qui ne serait plus dans son intégrité.

Une marche en la mémoire de Laëtitia est également prévue dimanche à Nantes, là où la jeune femme est née.