18 mois ferme pour un prêtre coupable d'agression sexuelle de mineur

  • A
  • A
18 mois ferme pour un prêtre coupable d'agression sexuelle de mineur
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Un ancien prêtre catholique en Guyane française, soupçonné d'agression sexuelle d'un mineur de moins de 15 ans a été condamné à 36 mois de prison.

Les faits se sont déroulés "entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2015" selon le parquet de Cayenne. Henri-Claude Jean-Philippe, prêtre âgé de 67 ans, a été condamné à 3 ans de prison, dont 1 an et demi ferme. Il a également été frappé de l'interdiction de travailler au contact des mineurs pendant dix ans. 

"Des câlins dénués de toute connotation sexuelle". Le tribunal a également condamné l'accusé à verser 8.000 euros à la mère de la victime, qui s'était portée partie civile. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet prononcées le 17 mai 2016. "La famille est dans un sentiment d'apaisement", a exprimé l'avocat de la mère de la victime, Me Boris Chong-Sit, à l'issue de l'audience. "La famille est satisfaite que la parole du mineur ait été entendue" par la justice. Lors de l'audience à huis-clos qui s'était tenue le 17 mai à Cayenne, Henri-Claude Jean-Philippe avait nié les accusations portées à son encontre, assumant tout au plus des "accolades dénuées de toute connotation sexuelle". Il parlait de "câlins".

Des nuits passés au domicile du prêtre. Le mineur âgé de 13 ans et demi avait au contraire relaté que le prêtre s'était adonné à "des accolades ou des câlins qui duraient et se terminaient en friction du sexe du prêtre contre le sien". L'enfant accusait l'ex-prêtre de Macouria de lui avoir "demandé à plusieurs reprises de se déshabiller et de s'installer en caleçon dans le lit", au cours de nuits passés à son domicile, "ensuite le prêtre le rejoignait dans le lit et mimait l'acte sexuel", selon le média guyanais Guyaweb.

Le tribunal n'a pas placé l'ancien prêtre sous mandat de dépôt. C'est la famille de la victime qui avait dénoncé les faits auprès de l'évêque de Guyane, Mgr Emmanuel Lafont, début avril 2016. L'évêque avait ensuite expliqué avoir rencontré le prêtre. Il lui aurait suggéré de se présenter à la gendarmerie, ce que Henri-Claude Jean-Philippe avait fait.