14 millions escroqués en un coup de fil

  • A
  • A
14 millions escroqués en un coup de fil
@ Max PPP
Partagez sur :

Une filiale du premier importateur de bois en Europe a été victime d'escrocs d'envergure internationale.

14 millions d'euros escroqués après un coup de téléphone. C'est le scénario cauchemardesque dont a été victime la société PBM Import, filiale du premier importateur de bois en Europe, située à Pacé, près de Rennes, rapporte Ouest-France. Des escrocs, prétextant un achat de matériaux à l'étranger, sont en effet parvenus à convaincre le comptable de la société de verser une somme colossale sur un compte en Suisse. Le leur.

• Un virement dans les plus brefs délais. L'affaire remonte à une dizaine de jours. A l'heure du déjeuner, alors que les bureaux sont presque tous vides, le comptable de PBM Import reçoit un coup de fil d'une personne se présentant comme l'un des principaux dirigeants de l'entreprise. Cet homme demande à l'employé d'effectuer un virement, dans les plus brefs délais, pour acheter des matériaux à l'étranger. Une pratique qui courante dans la société.

Le comptable est dupé et ne peut plus rien faire. La somme de la commande, c'est-à-dire 14 millions d'euros, doit être versée sur un compte en Suisse. Bien renseigné sur les pratiques au sein de l'entreprise, la personne au bout du fil confirme ses instructions par mail. Rassuré, l'employé lui confirme le bon déroulement de l'opération.

Sauf que le comptable est à mille lieux d'imaginer qu'il vient de verser 14 millions d'euros à des escrocs d'envergure internationale. S'apercevant de son erreur, il tente d'annuler la transaction. En vain. L'argent a été transféré en Israël pour y être redistribué sur plusieurs comptes dans le monde entier afin de brouiller les pistes. Les chances de retrouver le pactole sont donc infimes.

Des escrocs bien renseignés. Une plainte a été déposée auprès du parquet  de Rennes pour escroquerie. La brigade financière de la police judiciaire de Rennes a été saisie de l'enquête. Selon les premières investigations, les escrocs étaient très bien renseignés sur le fonctionnement de l'entreprise.

"Ces malfaiteurs de haut vol sont installés à l’étranger. Ils se renseignent méticuleusement sur leur future victime et essaient dix, vingt ou trente fois. Ça finit par marcher et ça rapporte un gros loto", témoigne un avocat qui veut rester anonyme.

Pas de complicité interne. De son côté, PBM Import confirme que les escrocs n'ont bénéficié d'aucune complicité interne. "Ce sont des tiers extérieurs à l’entreprise qui ont tout organisé. Ce sont des professionnels bien avertis. On peut s'attendre à tout j'imagine. Une enquête est en cours et nous ne voulons pas gêner le travail de la justice", commente Pierre Gautron, directeur général de cette société de 550 salariés qui compte sept usines en France.

Ce dernier témoigne également tout son soutien au comptable victime de l'escroquerie. "Sa situation est difficile, je fais tout ce qu'il faut en tant que patron pour protéger mes salariés. Nous sommes extrêmement vigilants par rapport à ça", assure-t-il sur Europe 1.

L'an dernier, la compagnie finistérienne Brittany Ferries, s'était fait escroquer près d'un million d'euros sur les mêmes procédés.