121 singes saisis chez un particulier
© MAXPPP

Les primates, appartenant à 11 espèces protégées, étaient détenus dans le sous-sol d'un pavillon.

Quelque 121 singes appartenant à 11 espèces protégées par la convention de Washington, dont des ouistitis et tamarins, ont été saisis chez un particulier à Fuveau, près d’Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, a indiqué jeudi la Fondation 30 millions d'amis. "La saisie s'est déroulée sans incident en présence de la Direction départementale de la protection des populations, de l'Office national de la Chasse et de la Faune sauvage et de la gendarmerie nationales", a raconté Jean-François Leguelle, délégué général de la Fondation 30 millions d'amis. "Les primates étaient détenus dans le sous-sol d'un pavillon dans des conditions indignes", a-t-il ajouté. "Ils étaient enfermés dans des cages à oiseaux insalubres et couvertes d’excréments". Selon Jean-François Leguelle, leur propriétaire, qui dirige une ferme pédagogique, gardait les singes comme une collection privée et ils n'étaient pas visibles du public.

24.01-ouistiti.930.maxpp

Parmi les 183 singes recensés, la Fondation a récupéré 121 d'entre eux à titre provisoire dans l'attente du jugement du tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence, en charge du dossier. D'ici là, les primates ont tous été placés dans des parcs animaliers, un peu partout en France dans "des structures respectueuses de leur bien-être", comme à la Vallée des Singes à Romagnes dans le Poitou, et aux Pays-Bas à l'association AAP, spécialiste des primates. La Fondation 30 Millions, qui a porté une plainte avec constitution de partie civile, souhaite que la confiscation définitive des animaux soit prononcée. Pour "défaut d'ouverture d'établissement", la propriétaires des bêtes encourt une peine de prison et une amende pour un délit au code de l'environnement.